basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

ITW de Claude Queguiner / Président du Groupe Queguiner

" La montée se jouera au dernier match."

ll y a 15 ans, Queguiner Matériaux devenait partenaire du Stade Brestois. Racontez-nous …
Le club venait d’accéder en national et c’est Michel Jestin qui est venu me voir pour devenir partenaire du club. Nous cherchions de nouveaux vecteurs de communication et il nous paraissait judicieux de s’associer au Stade Brestois 29. Dès notre arrivée nous nous sommes positionnés sur la tenue officielle des joueurs. Des contrats étaient en cours, il y a donc eu plusieurs étapes avant d’y arriver. On s’est affichés d’abord sur les chaussettes, puis sur le short et le dos du maillot. Mais c’était une volonté dès le départ de se positionner sur le devant du maillot.

En termes de communication, le contrat est-il rempli ?
Oui, ça a été un bon vecteur de communication. Au niveau des clients et des supporters, nous sommes reconnus pour nos valeurs et notre fidélité, nous sentons une certaine reconnaissance d’avoir été présents dans les mauvais moments. C’est aussi et surtout un réseau de professionnels, on se connait tous entre les partenaires du club. Au-delà de la communication de la marque, les matches sont des événements intéressants et conviviaux pour rencontrer les acteurs locaux de la région. Le football reste un moyen très efficace de véhiculer notre image via les médias presse, TV et internet.


Des joueurs vous ont-ils marqués ?

Oui, beaucoup… Je pense à des joueurs comme Olivier Guégan, Nolan Roux, Franck Ribéry, Olivier Auriac, Steeve Elana et beaucoup d’autres… Être partenaire du club, c’est aussi entretenir des relations privilégiées avec les joueurs. Je garde contact avec eux même après leur départ. J’ai eu dernièrement des nouvelles de Charlison Benshop via twitter. C’est important de garder cet esprit d’équipe et de famille.

Sur ces 15 années, avez-vous des regrets particuliers ?
Le seul est qu’en 15 ans les infrastructures du Stade Brestois n‘ont pas évolué. Certes, il y a eu des travaux à Francis-Le Blé, mais ce sont des tribunes provisoires. Pour comparer au monde de la voile, le club a l’équipage mais pas le bâteau… Malgré la volonté des présidents successifs, c’est un vrai problème, à la fois politique et économique. Je ne reproche rien à personne mais c’est l’éternel problème du club. Ce qui me déplaît c’est que nous avons eu beaucoup de promesses et, années après années, rien n’a été fait…

 

Vous auriez une idée pour que cela avance ?
Je pense que la CCI de Brest devrait prendre en charge un outil de communication comme le club de football de la ville. Le football à Brest, ce sont environ 22 événements sportifs chaque année, qui bénéficient d’une forte médiatisation. Même en Ligue 2, nous sommes parmi les clubs les plus diffusés sur beIN Sports et Eurosport. Quel événement peut se targuer d’avoir autant de retombées en terme d’images au niveau régional et national ? Le monde économique a également besoin de ça pour vanter les attraits de notre territoire. La CCI pourrait accompagner le club et rentrer dans un projet d’investissement pour la notoriété de notre pointe Bretagne.


Quels sont les besoins du club à court terme ?

En dehors du stade, il faut des locaux pour le centre de formation (hébergement, centre de vie), un siège social pour l’association et la SASP, des terrains de football exclusifs pour nos jeunes et un centre d’entraînement pour les professionnels. Nous avons chiffré ces besoins à 7 millions d’euros. Ce n’est pas un investissement colossal pour pérenniser le club au niveau professionnel. La rénovation du stade au centre ville se fera dans un second temps. Je ne sais pas quel joueur peut être attiré à Brest vu les infrastructures …

Vous organisez un Carré Rouge, y aura t’il des particularités ?
Oui, à l’occasion du match, nous organisons une soirée autour de nos 15 ans de partenariat avec le club. J’invite nos clients, les partenaires et mes amis mais également les présidents des groupes de supporters brestois. Le Président Kermarec nous fait le plaisir d’inviter plus de 1 200 salariés du Groupe Queguiner de la région à la rencontre. Nous serons tous derrière le Stade Brestois. C’est un match capital. Il faut qu’on s’arrache. On a encore toutes nos chances. La montée se jouera au dernier match.