basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

30.06.16 | Gaëtan Belaud : « Je suis exigeant avec moi-même »

Dans un groupe pour le moment très jeune, Gaëtan Belaud semble avoir pris les choses en main et n’hésite pas à assurer le lien entre ses coéquipiers et le staff. À bientôt 30 ans (il les aura le 16 septembre), le latéral droit du SB29, qui vient de prolonger son contrat de deux ans, est à pleine maturité et compte bien en faire profiter les jeunes. Mais s’il est exigeant avec lui-même, Gaëtan en attend bien sûr autant de la part des autres. Un seul but à tout ça : tirer le club vers le haut.


« Gaëtan, comment se passe le début de ta troisième saison au Stade Brestois ?
- Super bien ! On commence à faire connaissance avec le coach et le staff. On a en plus du beau temps pendant ce stage à Pornic. C’est bien de pouvoir passer quelques jours ailleurs qu’à Brest pour se préparer.


- Pour le moment, les seules arrivées au club sont les membres du staff. Est-ce que c’est dur de s’habituer à de nouvelles méthodes ?
- Non, pas du tout parce qu’ils nous expliquent vraiment tout ce qu’on fait. Il y a une bonne communication de leur part. Chaque matin, ils nous annoncent ce qu’on va accomplir dans la journée et pourquoi on le fait. On connaît le sens de chaque exercice et ça donne donc envie de bosser.

- Te concernant, on semble déceler comme un changement de statut. Acceptes-tu d’être davantage leader dans ce groupe ?
- Forcément parce que je suis dans les plus vieux maintenant ! Quand on est un peu plus ancien, c’est normal. Déjà l’année dernière, j’aimais bien parler aux jeunes et faire en sorte que tout le monde soit au même niveau d’implication. Je suis exigeant avec moi-même et j’aime donc que les autres le soient également. J’arrive à une certaine maturité donc j’ai envie de montrer aux jeunes que s’ils travaillent, ils peuvent y arriver aussi.


- Y a-t-il une appréhension dans le groupe avant la signature prochaine des nouveaux joueurs ?
- On a surtout hâte qu’ils arrivent pour travailler les automatismes et façonner l’équipe qui va jouer. Tant que les matches amicaux n’ont pas commencé, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. On travaille déjà avec un bon petit groupe, les joueurs qui vont se rajouter auront juste à trouver quelques affinités avec nous et ça ira très bien.


- Dans un groupe avec beaucoup de jeunes, y a-t-il quelques spécificités dans le fonctionnement ?
- Ce qui est bien, c’est qu’ils se connaissent quasiment tous donc ils n’ont pas forcément cette peur ou cette gêne en débarquant dans un groupe plus ancien. C’est plus facile pour eux de s’intégrer. On connaît aussi quelques uns qui se sont entraînés ou ont joué un peu avec nous la saison dernière. Et puis, il faut quand même préciser que nous, les anciens, on est quand même encore assez jeunes ! (rires)

- Tu seras cette saison responsable de la caisse des amendes dans le vestiaire. C’est symbolique ?
- Je l’avais déjà fait à Laval quand j’y jouais et du coup ça ne me dérange pas du tout de recommencer ici. Souvent, ça embête les joueurs de prendre ce rôle parce qu’il faut réclamer quand il y a une amende pour un retard ou quelque chose comme ça. L’an passé, Bruno Grougi et Alex Cuvillier s’en chargeaient, là je prends le relais. C’est une histoire de vie de groupe et j'y tiens.


- On l’a dit, beaucoup de jeunes composent ce groupe et pourtant, on n’a pas beaucoup entendu les traditionnelles chansons de « bizutage » durant les repas en stage…
- Ah, ça c’est parce qu’il n’y a en fait que trois vrais nouveaux. Beaucoup de jeunes ont déjà fait une apparition dans le groupe en championnat ou en coupe la saison passée. Il n’y a donc que Felix (Menn), Alexis (Taipa) et Ewen (Le Gallo) qui doivent y passer. Mais quand les nouveaux arriveront, même s’ils sont plus expérimentés, ils chanteront bien sûr ! »

30 juin 2016