basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

29.09.17 | Ils sont chez eux partout

Le Stade Brestois craignait le match-piège à Tours, lanterne rouge toujours à la recherche de sa première victoire. Il est sorti indemne de son match à la Vallée du Cher malgré un dernier quart d’heure un peu chaud. Les deux buts d’avance pris autour de l’heure de jeu lui ont ainsi suffi pour garder ses distances. Cette quatrième victoire d’affilée à l’extérieur porte la série d’invincibilité à huit rencontres.

Ça doit être cela qu’on appelle la grande forme. À peine freiné la semaine dernière à domicile par le Paris FC à qui il a concédé le partage des points, le Stade Brestois est reparti de plus belle sur la pelouse tourangelle et enregistré par la même occasion une quatrième victoire d’affilée hors de ses bases. Il faut remonter à 2010-2011, en Ligue 1, pour retrouver trace d’une pareille razzia loin de Brest. Les Ty-Zefs étaient alors allés battre Caen, Nancy, Monaco et Bordeaux sur le chemin d’une historique place de leader. Sept ans plus tard, même en Ligue 2, cette série marque le respect et est le symbole d’une formation qui a dessiné un singulier redressement après deux revers initiaux.

Avant les matches de samedi et lundi, le SB29 pointe à la troisième place du classement et peut sérieusement regarder vers le haut. Il y avait pourtant quelques craintes à l’heure d’affronter une lanterne rouge certes déjà distancée et en quête d’une première victoire mais qui allait chèrement vendre sa peau. Le premier acte venait d’ailleurs confirmer que rien ne serait donné à ces Rouge et Blanc.

Dangereux dans un premier temps sur coups de pied arrêtés, les gars de Gilbert Zoonekynd se voyaient même offrir une énorme opportunité mais Mancini perdait son face-à-face avec Gautier Larsonneur (41e). Les Rouge et Blanc avaient eux posé leurs premières banderilles sur des tentatives lointaines de Jessy Pi (37e) et Ibou Sissoko (45e) mais leur frappe lourde trouvait à chaque fois la main ferme de Goda.

Au retour des vestiaires, les espaces commençaient à se faire plus nombreux et il n’en fallait pas plus aux Brestois pour s’y engouffrer. David Kiki, titularisé pour la deuxième fois, réalisait un gros travail dans son couloir gauche et déposait le ballon sur la tête d’un aérien Habib Diallo. L’attaquant prêté par le FC Metz expédiait une « tête amortie » dans le petit filet de Goda ! (0-1, 55e) Et comme à Niort dix jours auparavant, cette ouverture du score accordait encore davantage de possibilités aux Finistériens. Sur la droite de la surface, Ibou Sissoko passait en retrait pour Jessy Pi. Celui-ci profitait de l’effacement d’Habib Diallo pour envoyer une somptueuse mine en lucarne (0-2, 64e). L’addition aurait pu être encore plus lourde si Goda n’avait pas jailli dans les pieds de Mathias Autret sur le point de frapper après un petit pont dans la surface (77e).

Le réveil tourangeau sonnait alors et c’est le jeune Hein, prêté également par le FC Metz, qui réduisait le score à bout portant (83e), offrant aux siens une lueur d’espoir. Mais les solides Brestois n’allaient pas se faire surprendre deux fois et empochaient là un précieux succès. Glanés juste avant la trêve internationale, ces trois points vont permettre au groupe de Jean-Marc Furlan de travailler sereinement pour préparer la réception d’Auxerre dans quinze jours. Ils retrouveront alors une formation qui surfe sur trois victoires consécutives. À ne pas rater donc !


(crédit photos : ZebrAdventure)