basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

29.08.16 | Jusqu'au bout !

Dominés physiquement pendant une grande partie du match, les Brestois ont su attendre leur heure et ont assommé les Sochaliens dans les arrêts de jeu en inscrivant deux buts par Maupay et Joseph-Monrose. Alors qu’une victoire et une place de leader se dessinaient pour les Doubistes, la moelle et l’obstination brestoises ont renversé la vapeur, préservé leur invincibilité et sauvé leur trône. Bluffant !

Il n’y a pas à dire, ces Ty-Zefs ont quelque chose d’enthousiasmant. Partis dans l’inconnu il y a deux mois, avec tout ou presque à reconstruire, les voilà leaders de Ligue 2 à l’issue du mois d’août et juste avant la trêve internationale. Si cette première place ne veut pas dire grand chose après 5 journées (encore que), le scénario et la manière affichés par les Rouge et Blanc laissent penser qu’une équipe est en train de naître.

Lundi soir, au stade Bonal, les Brestois n’ont pas été parfaits et il y aura certainement encore du boulot à l’entraînement pour prolonger cette belle série mais après les renversements opérés face à Orléans (2e j.), Valenciennes (4e j.) et donc Sochaux, ce sont autant de repères positifs qu’ils ont ancrés dans leur esprit. Et lorsque les temps seront plus durs lors de la longue saison qui se profile, il sera toujours bon de pouvoir se raccrocher à ces souvenirs.

Les choses étaient pourtant bien mal engagées dans cette partie pour des Brestois partis pour la première fois de la saison en 4-4-2 losange. Bousculés par le pressing sochalien et bougés physiquement, ils n’arrivaient pour ainsi dire pas à se rapprocher du but de Prévot. Un seul tir de Battocchio à se mettre sous la dent (22e) et pour le reste, beaucoup de difficultés à poser le jeu. Conséquence de tout ça : sur un mauvais renvoi de la défense, une remise astucieuse de Martin de la tête trouvait Andriatsima dans les six mètres. L’attaquand du FCSM faisait alors parler sa puissance et mitraillait Hartock à bout portant (1-0, 25e).

Vite revenus à leur système de référence, le 4-1-4-1, les Brestois continuaient pourtant à subir et Sochaux était à deux doigts de corser l’addition sur une double occasion de Fuchs et Andriatsima. À la peine, le SB29 regagnait les vestiaires avec un but de retard, sentence plutôt logique sur ce premier acte.

Après le revers en Coupe de la Ligue quelques jours auparavant, l’ombre d’une très mauvaise semaine dans le Doubs prenait encore plus d’épaisseur quand Andriatsima réalisait le doublé sur un très bon service d’Alphonse (2-0, 47e).
Il était alors dur d’y croire mais ces Brestois-là sont ainsi faits : ils ne lâchent jamais. Au fil des minutes, ils se montraient de plus en plus pressants et sortaient peu à peu la tête de l’eau. Le tir de Battocchio était ainsi repoussé sur la ligne par Gibaud qui dégageait le ballon avec la main le long du corps. Penalty ou pas, chacun se fera son idée (64e).


Cette alerte sur le camp sochalien avait le don de laisser un espoir aux joueurs de Jean-Marc Furlan. Le coach brestois ne se privait d’ailleurs pas de préciser à chaque nouvel entrant qu’en revenant à 2-1, il y avait vraiment quelque chose à prendre. Vœux exaucés à l’entrée du temps additionnel quand Neal Maupay faisait son petit numéro à l’entrée de la surface et plaçait une frappe chirurgicale pour tromper Prévot (2-1, 90e+1). Et que dire de cette égalisation de Steven Joseph-Monrose qui arrachait littéralement tout le banc brestois pour l’emmener au milieu du terrain. Il y avait vraiment de quoi exulter. Et rager pour ceux qui avaient déjà éteint leur télé.


(crédit photos : Christian Lemontey)