basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

29.02.20 | Piégés !

Face à une formation angevine très difficile à manœuvrer, les Brestois sont restés muets, incapables de trouver la faille dans une défense très resserrée. Plombés par un but du SCO avant le repos, ils ne sont jamais parvenus à refaire leur retard. C’est seulement la deuxième défaite cette saison à domicile après celle contre le PSG au mois de novembre.

Les Angevins gardaient certainement un très mauvais souvenir du match aller, les Brestois tenteront vite d’effacer de leur mémoire le retour. Un partout, balle au centre en quelque sorte. Si au mois d’octobre, les Ty-Zefs avaient raflé la mise après avoir été copieusement dominés (0-1), ils peuvent cette fois nourrir de vrais regrets car l’occasion était belle de faire un pas de géant vers le maintien. Après quatre matches sans défaite, c’est donc un coup d’arrêt pour la troupe d’Olivier Dall’Oglio qui devra attendre encore un peu avant de se sentir en sécurité dans une Ligue 1 Conforama très dense.


Face à Angers, les Brestois ont poursuivi leur apprentissage de l’élite avec un match très fermé qui leur était proposé et le pire des scénarios, à savoir courir après le score. « On est tombés dans le piège qu’on avait pourtant prévu, regrettait Olivier Dall’Oglio après la rencontre. Prévoir ne suffit pas. On a réussi à se créer des occasions mais on n’a pas été justes dans le dernier geste ». Il y avait en effet un contraste entre le Stade Brestois déchaîné vu contre Saint-Étienne deux semaines auparavant et celui qui buta pendant 90 minutes sur la robuste défense angevine.

« On a manqué de précision, poursuivait Coach ODO. On a eu une possession énorme du ballon, on a fait circuler mais face à ce genre d’équipe, il faut être plus vif, plus technique, plus ensemble ».
Si le SCO ne vivait pas sa meilleure période de la saison, il restait tout de même sur un succès face à Montpellier lors de la dernière journée et a prouvé à Le Blé qu’il pouvait faire preuve de solidité. Dans une telle opposition, l’idéal est certainement de marquer en premier pour forcer l’adversaire à se découvrir. Ce ne fut jamais le cas.


Et suite à une percée de Doumbia, Bahoken avait très bien joué le coup avant le mi-temps pour tromper Larsonneur à son premier poteau (0-1, 43e). La mission, difficile au coup d’envoi, était soudainement devenue presque impossible pour les Ty-Zefs.
« Il nous a manqué une touche technique dans le cœur du jeu pour pouvoir se retourner, débriefait Olivier Dall’Oglio. On a eu du mal à avancer et sur le jeu direct c’était très compliqué aussi parce qu’Angers est une équipe très athlétique. Ce qui est dommage ce soir, c’est qu’on n’a pas réussi à aller au bout de nos idées. Il faut qu’on apprenne à négocier ce genre de match ».

Car oui, le Stade Brestois devra encore aller chercher deux ou trois victoires pour assurer définitivement son maintien. Les résultats du week-end ne sont pas mauvais (défaites de Toulouse, Amiens, Nîmes et Dijon pour un seul succès, celui de Metz) mais il est interdit de baisser la garde à onze journées de la fin. Le déplacement à Reims la semaine prochaine ne sera pas non plus une sinécure mais les Brestois ont su se montrer plus rassurants à l’extérieur ces derniers temps alors si l’occasion se présente…


(crédit photos : O.Stephan/sb29.bzh)