basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

28.08.18 | Émotion…malédiction !

Ce n’est pas cette année encore que le Stade Brestois passera le deuxième tour de la Coupe de la Ligue. Sur le terrain du Havre, les Ty-Zefs ont vécu un match à deux visages, d’abord très compliqué puis euphorique, avant de céder sur la septième tentative lors de la séance des tirs au but. Cruel pour un groupe qui avait montré beaucoup de mental pour revenir au score dans le sillage d’un Mathias Autret en feu après son entrée en jeu.

On a longtemps cru que ce match en milieu de semaine au stade Océane du Havre serait sans saveur. Au fil des minutes et en voyant le score évoluer en faveur des locaux, on a même pensé à une correction face à une équipe battue quatre jours auparavant à Francis-Le Blé. Oui mais voilà, même s’il est souvent moqué pour ses difficultés dans les coupes nationales, le Stade Brestois n’avait pas envie de quitter la compétition. Alors même menés 3-0 par une formation prompte à exploiter les moindres erreurs de l’arrière-garde finistérienne, les Rouge et Blanc y ont cru et on ne pourra pas leur donner tort sur ce coup.


Avec un onze titulaire dans lequel avaient pris place Valentin Henry, Brendan Chardonnet, Ibrahima Diallo et Lenny Pintor, les Ty-Zefs n’ont pas vraiment fait d’étincelles durant le premier acte. Peu dangereux devant le but de Balijon, ils cédaient à deux reprises devant l’opportunisme de Gory qui reprenait d’abord une frappe repoussé de Moussiti-Oko (21e) avant de filer seul pour faire le break devant Donovan Léon (36e). Assifuah aurait pu corser encore l’addition juste après (37e) mais le score en restait là au retour aux vestiaires.

Dès la reprise, les Brestois se faisaient cueillir par une nouvelle réalisation de Moussiti-Oko cette fois, bien seul face à Léon (3-0, 49e). Il allait alors falloir attendre un quart d’heure pour voir la réaction brestoise initiée par l’entrée en jeu de Mathias Autret. L’attaquant ty-zef allait tout changer en quelques minutes. D’abord sur un corner déposé sur la tête de Chardonnet (3-1, 66e) puis en s’arrachant pour tromper Balijon (3-2, 67e) et enfin en trouvant la caboche de Jean-Charles Castelletto sur un nouveau corner (3-3), 70e).


Quatre minutes, 1 but et 2 passes décisives, Mathias était en feu et c’est tout le Stade Brestois qui se remettait à y croire ! Les Havrais, totalement sonnés, n’arrivaient pas à aligner deux passes pendant plusieurs minutes et devaient attendre les derniers instants de la partie pour enfin ressortir la tête de l’eau. En vain puisque les deux formations se dirigeaient vers la séance de tirs au but. L’arme fatale brestoise dans ce domaine, Donovan Léon, s’illustrait dès la première tentative de Mayembo mais les Normands refaisaient leur retard au quatrième penalty que ratait Haris Belkebla. Durant la mort subite, le HAC ne craquait pas et c’est un dernier arrêt de Balijon sur le tir de Quentin Bernard qui scellait le sort de la partie.

Le SB29 n’aura jamais été aussi proche d’accéder aux 16es de finale de la Coupe de la Ligue mais il faudra pourtant encore attendre pour voir cela. Au rayon des satisfactions, le retour au score aura montré un gros mental de la part des hommes de Jean-Marc Furlan, un trait de caractère qui pourrait leur servir à l’avenir en championnat.


(crédit photos : HAC)