basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

29.07.17 | Douche froide pour commencer

Après avoir mené 2-0, le Stade Brestois 29 s’est finalement incliné (2-3), vendredi à Le Blé face à Châteauroux, lors de la première journée de Domino’s Ligue 2. Les 20 dernières minutes auront coûté cher aux hommes de Jean-Marc Furlan, encore en rodage.

Un peu plus de deux mois après le cruel dénouement de la saison passée (victoire 6-2 à domicile mais échec de la montée en L1 pour un petit point), le stade Francis-Le Blé a vécu une nouvelle soirée à rebondissements, et une nouvelle désillusion. Dominateurs dans le jeu pendant plus d’une heure, les Finistériens ont ensuite baissé en régime et laissé le promu castelroussin créer la surprise pour l’ouverture du championnat de Domino’s Ligue 2, version 2017-18.  Dur dur, ce démarrage !

Au coup d’envoi, devant plus de 7 000 curieux, le onze local n’avait plus grand-chose à voir avec celui du mois de mai. Pour guider les recrues estivales, les expérimentés Grougi, Belaud et Faussurier répondaient à l’appel, en attendant d’autres renforts dans les semaines à venir. Ce manque de repères se faisait sentir en début de match, la formation visiteuse affichant quant à elle un visage conquérant et insouciant.

Sarr, d’un coup franc puissant au ras du cadre (6e), traduisait cette impression initiale. Qui était d’ailleurs confirmée jusqu’à la demi-heure, Sangante (14e) puis Benrahma (22e) donnant à Fabbri l’occasion de se mettre en évidence dans ses cages. L’ex-portier de Bourg-en-Bresse était suppléé par Chardonnet pour éloigner le danger devant la ligne (28e). Mais le réveil des Ty-Zefs s’avérait tranchant : sur corner, un centre malin de Faussurier permettait à Weber, avec un peu de réussite, d’ouvrir le compteur-but sous ses nouvelles couleurs (1-0, 30e).

Plus sereins, les Brestois continuaient sur leur lancée, malmenant la défense adverse jusqu’à la pause, sans convertir ce temps fort au tableau de marque. La seconde période démarrait sur les mêmes bases, à savoir une mainmise finistérienne sur le ballon. Cette fois, les occasions pleuvaient, sous le crachin et le vent. À deux reprises, le remuant Autret manquait de peu le deuxième but, d’abord sur une frappe vicieuse détournée par Hassen (51e) puis sur une tête au-dessus après un bon centre de Gastien (58e). Ce forcing portait ses fruits à la 68e : fauché en pleine surface, Belaud obtenait un pénalty indiscutable, que Grougi expédiait sous la barre, côté RDK (2-0).

À ce moment-là, difficile d’imaginer autre chose que la victoire. Et pourtant… Le scénario catastrophe s’amorçait lorsque Châteauroux se voyait accorder à son tour un pénalty moins évident pour une poussette de Faussurier. Benrahma prenait Fabbri à contrepied (2-1, 75e). Décontenancé, le SB29 était mis sur le reculoir. La fatigue commençait visiblement à peser dans les jambes et dans les têtes. Sur corner, Fabbri était un peu court et M’Bone, en embuscade, en profitait pour égaliser (2-2, 87e).

Souvent favorable l’an passé, le temps additionnel tournait cette fois à l’avantage des joueurs de Jean-Luc Vasseur. En contre, Khadda venait inscrire le 3e but castelroussin et doucher du même coup les ultimes espoirs des Ty-Zefs (90e+2). Qui l’eût cru ?
Ce revers initial, qui rappelle qu’en football rien n’est jamais acquis, montre l’ampleur de la tâche qui attend le SB29 pour faire aussi bien voire mieux que lors de l’exercice écoulé. Pour l’heure, pas d’autre conclusion à en tirer. «Il faut refaire le travail de l’an passé, réclame le coach Jean-Marc Furlan. Ce sera long et difficile.» C’est à Ajaccio, vendredi prochain, que son équipe, toujours en construction, tentera de se racheter.


(crédit photos : Gauthier Le Roux)