basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

Gautier Larsonneur : « J’aurais sans doute aimé avoir dix ans de plus »

« S’il y avait eu prolongations, on leur aurait dit d’accélérer un peu parce qu’on avait entraînement derrière ! » Avec le sourire ravi du footballeur-supporter, Gautier Larsonneur est revenu dimanche soir sur la qualification de l’équipe de France pour les quarts de finale de l’Euro. Avec ses coéquipiers présents au stage de Pornic, le jeune gardien du SB29 a pu bénéficier d’un horaire d’entraînement aménagé afin de regarder à la télé le match face à l’Irlande.


« Les Français devaient avoir la pression »
« En tant que supporter, on a un peu flippé, on a eu peur. Quand tu vois que tu prends un but au bout de deux minutes, c’est tout de même assez inquiétant. Mais on savait aussi qu’avec la qualité individuelle des joueurs de l’équipe de France, ça pouvait à tout moment faire la différence. Les Irlandais ont essayé de truquer un peu le match et de gagner du temps. C’est normal, ils jouaient avec leurs atouts car ils savaient que la France, collectivement et individuellement, était supérieure. Eux avaient d’autres choses à faire valoir : la fierté, la cohésion et un superbe état d’esprit. À la mi-temps, Deschamps a sorti Kanté pour faire entrer de la percussion avec Coman. Ça a permis de débloquer
quelques situations et après le but de Griezmann, les Irlandais ont commencé à baisser la tête. Les joueurs français devaient quand même avoir un peu la pression parce que jouer une telle compétition dans son pays… »

« Avec les Bleus, on est supporters »
« Avec Brendan (Chardonnet), on est allés voir France – Albanie à Marseille pendant nos vacances. Forcément, on suit ça attentivement parce que c’est en France. On a vu une superbe ambiance, une atmosphère… Français et Albanais étaient réunis. La France a gagné en fin de match et c’était vraiment incroyable. En regardant l’Irlande devant la télé à l’hôtel, on était de vrais supporters aussi. Quand on observe les autres pays, on parle un peu tactique entre nous mais avec les Bleus, on est aussi et surtout supporters !

« L’acte fondateur, c’était face à l’Ukraine »
« Je pense que l’Euro fait du bien à la France parce qu’on sent vraiment un engouement autour de l’équipe. L’acte fondateur, c’était face à l’Ukraine il y a un peu plus de deux ans. Le départ, c’est ça. Les Français avaient perdu 2-0 à l’aller et gagné 3-0 au retour pour se qualifier pour la Coupe du Monde. L’état d’esprit qu’ils avaient mis avait rendu le peuple fier de son équipe et ensuite la compétition a été bonne avec un quart de finale perdu contre le champion du monde sans être ridicules. Tous les gens ont pris conscience qu’on avait une belle équipe et qu’on pouvait faire de belles choses pendant les grands rendez-vous ».

« J’aurais sans doute aimé avoir dix ans de plus »
« Le Mondial 98 ? On a l’impression que c’était hier. Tout le monde en parle et on croit finalement que c’est tout récent. Même si je n’avais qu’un an et que je n’ai donc pas de souvenirs, on m’a dit qu’il n’y avait peut-être pas autant d’engouement au démarrage que pour cet Euro et que les joueurs avaient accroché les supporters au fil de la compétition. Cette année, je les ai sentis tout de suite derrière les Bleus. La France attend cet Euro depuis si longtemps… Personnellement, j’ai peur de ne jamais vivre une victoire de l’Équipe de France dans une grande compétition. Dans une vie, ça marque parce que c’est tout un pays qui fête ça. Ça relance tout. J’aurais sans doute aimé avoir dix ans de plus pour vivre 98… mais je ne désespère pas ! »

27 juin 2016