basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

21.12.18 | Un point de bonne tenue

Le Stade Brestois a bouclé sa phase aller par un bon match nul (1-1) sur le terrain d’une équipe niortaise plutôt à l’aise depuis le mois d’août. Avec une équipe très remodelée au coup d’envoi, les Ty-Zefs auraient sans doute pu faire la différence dans les vingt premières minutes mais pourront se satisfaire de ce partage des points qui leur permet de réenclencher une série d’invincibilité.

Juste avant les fêtes, c’est du côté de Niort que la semaine avait été agitée. L’entraîneur Patrice Lair ayant dans un premier temps claqué la porte sans donner d’explications, il avait ensuite été mis à pied par son président. C’est donc Jean-Philippe Faure, son adjoint, qui prenait le relais pour cette rencontre préparée dans un contexte particulier. Chez les Ty-Zefs, l’actualité tournait elle autour des nombreuses absences que devait constater Jean-Marc Furlan. Jean-Charles Castelletto et Haris Belkebla suspendus, Yoann Court, Mathias Autret, Quentin Bernard et Jessy Pi blessés, c’étaient donc pas moins de six titulaires en puissance qui manquaient à l’appel. L’occasion pour le coach brestois de donner du temps de jeu à de jeunes éléments comme Ibrahima Diallo ou Corentin Jacob.


L’objectif était évidemment de gratter quelque chose pour valider le net succès enregistré contre Béziers la semaine précédente (3-0). Pas forcément évident comme mission face à une formation des Chamois très performante cette saison et déjà proche d’un maintien. Même privés de leur meilleur buteur Dona Ndoh, les Niortais avaient suffisamment d’arguments pour tester la solidité d’un groupe brestois new look.

C’est pourtant le SB29 qui se montrait le plus entreprenant dans les premières minutes. Une belle ouverture de David Kiki d’abord trouvait Gaëtan Charbonnier dans la profondeur mais, malgré un bon contrôle, l’attaquant brestois croisait trop sa frappe devant Allagbé (10e). La réplique niortaise venait par Bena qui décochait une grosse frappe boxée par Gautier Larsonneur (12e). C’était ensuite Kevin Mayi, lancé par Julien Faussurier, qui filait au but mais voyait le défenseur Dacosta revenir sur lui pour le gêner (13e).
Ce premier quart d’heure laissait un goût d’inachevé aux Ty-Zefs qui allaient subir le retour en force de Niort.

Sur un corner tiré par Louiserre, Jacob, en retrait, voyait sa frappe contrée mourir juste à côté du but de Larsonneur (28e). Et une dizaine de minutes plus tard, le portier brestois ne pouvait rien sur une superbe frappe en lucarne de Grich, lancé dans l’axe et libre de ses mouvements (1-0, 38e). Pas le temps de gamberger cependant pour les Bretons qui répliquaient quasi-immédiatement par l’intermédiaire de Faussurier. Sa passe dans la surface était reprise par l’inévitable « Charbo » qui inscrivait là son 16e but de la saison ! (1-1, 40e).


Le nul à la pause ne laissait que peu d’indices sur le scénario à venir dans cette partie. La seconde période démarrait plus mollement et il fallait attendre une inspiration de Charbonnier pour que les débats s’agitent un peu. Parti sur la droite, il tentait un lob astucieux qui trompait Allagbé mais venait lécher le dessus de la barre (57e). Son compère de l’aile droite, Faussurier, réussissait lui un sacré numéro dans la surface avant de frapper dans un trou de souris et voir son ballon s’écraser sur le poteau (64e). C’était la dernière banderille dangereuse des protégés de Denis Le Saint qui n’allaient pas parvenir à prendre le dessus.

À l’inverse, ils devaient rester vigilants sur une lourde frappe de Leautey (79e) puis sur un tir bien senti de Bourhane à la fin du temps réglementaire que Larsonneur repoussait au prix d’une superbe parade (90e).
Un point plutôt logique donc et bon à prendre avant les vacances. Les Brestois finissent la poule aller avec un joli bilan de 38 points et une place de dauphins de Metz à la clé. L’année civile 2018 aurait été bien prolifique (69 points), place maintenant à 2019 avec on l’espère autant de joie et de bons résultats.


(crédit photos : Olivier Drilhon/Chamois Niortais et SB29)