basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

21.10.16 | La patience a (encore) payé

Face à une formation lavalloise pressante mais inefficace, le Stade Brestois 29 a su attendre son heure pour l’emporter sur le fil (0-1), vendredi soir. Avec ce nouveau succès, il s’installe à la première place du classement.

Incorrigibles Brestois ! A force de coiffer leurs adversaires au poteau, ils vont finir par écoeurer la concurrence. Fidèles à leur habitude cette saison, les Ty-Zefs ont attendu les derniers instants de la rencontre pour ravir les trois points, lors de la 12e journée du Ligue 2. Au grand dam des Lavallois, bien malheureux au vu de leur prestation. Oui mais voilà, les chiffres sont là pour le prouver : tandis que les uns dominent le premier tiers championnat, les autres sont à la peine en queue de classement. Cela ne se joue pas à grand-chose, mais au final, il y a une sacrée différence comptable.

À bien y regarder, les hommes de Jean-Marc Furlan ont bien négocié ce rendez-vous en terre mayennaise. Prévenus du danger, et pas vraiment en réussite ces dernières saisons à Francis-Le Basser, ils entamaient la partie assez prudemment, laissant les Tangos dévoiler leurs cartes en premier. Dans une spirale négative, ceux-ci démontraient un réel entrain et même une certaine fluidité dans leur jeu. L’affaire se compliquait davantage à l’approche du but adverse. Il fallait ainsi attendre un bon quart d’heure pour voir Hartock être mis à contribution, suite à une incursion de Saint-Louis (16e).

Côté brestois, on commençait à se dire que le coup était jouable. Peu avant la demi-heure, Labidi tentait sa chance des 20 mètres, plein axe, mais sa frappe à ras de terre frôlait le montant droit de Hautbois (29e). C’est encore Labidi, à la réception d’un centre de Maupay, qui faisait passer le frisson dans la défense locale, à la 40e, obligeant Appindangoye à dévier le ballon sur sa barre. Déjà dans le doute, les Lavallois perdaient leur attaquant Koné sur blessure, juste avant la pause.

Les joueurs de Denis Zanko revenaient sur la pelouse avec de meilleures intentions. Tout juste entré en jeu, Perrot relayait parfaitement le remuant Bayard, dont le centre en retrait était dégagé in extremis par Castan devant Coutadeur (47e). Autre nouvel entrant, Zéoula s’essayait de loin, sans danger pour Hartock (61e). À son tour, Jean-Marc Furlan lançait Joseph-Monrose pour dynamiser la dernière demi-heure, comme ce fut le cas à plusieurs reprises depuis le mois d’août.

L’ex-Lensois se mettait progressivement dans le tempo du match mais gâchait une belle occasion à la 86e : servi au premier poteau par Doumbia, il ne parvenait pas à tromper Hautbois, solide sur sa ligne. Il se rachetait deux minutes plus tard. Excentré côté gauche, il repiquait dans l’axe et, à l’entrée de la surface, trouvait un angle pour loger la balle dans le petit filet opposé (0-1, 88e). Magnifique !

Assommés par cette ouverture du score tardive et cruelle, les Mayennais se ruaient alors aux avant-postes. Leurs efforts s'avéraient toujours trop brouillons pour déstabiliser la paire Diallo-Castan, impeccable de bout en bout. En contre, les Finistériens auraient même pu enfoncer le clou par Maupay, mis sur orbite par Henry mais dont le tir en bout de course était mal assuré (90e+2). Pas bien grave, l’essentiel était sauf.

Par ce succès, le SB29 brise non seulement sa mauvaise série à Laval (désormais lanterne rouge de Ligue 2) mais préserve aussi son invincibilité à l’extérieur. Il met surtout la pression sur ses poursuivants directs en haut du classement, Reims et Amiens, qui jouent respectivement samedi et lundi. Le club finistérien est donc assuré de passer dix jours de plus dans le fauteuil de leader, au moins jusqu’au 31 octobre et la réception de Lens. Magnifique affiche en perspective !

(crédit photos : J.F. Quinebeche)