basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

21.09.19 | Le verre à moitié plein

Le Stade Brestois sera passé par toutes les émotions dans une partie qui pourra lui laisser des satisfactions comme des regrets. Cueillis à froid dès les premières minutes, les Ty-Zefs ont eu le mérite de réagir de fort belle manière mais ont dû laisser filer la victoire en seconde période.

Pour le compte de la 6e journée de Ligue 1 Conforama, les Brestois avaient au programme un déplacement à Bordeaux pour y affronter les Girondins dans leur Matmut Atlantique tout neuf. Outre la découverte du nouveau stade, il était bon de se rappeler que la Gironde est une terre réussissant plutôt bien aux Ty-Zefs. La dernière défaite là-bas remontait au 30 août 1989. Depuis, le SB29 avait cumulé trois victoires et un nul.

Sur ce match à l’extérieur, Olivier Dall’Oglio ne pouvait compter sur Irvin Cardona (cuisse) et Ludovic Baal (mollet), blessés. Jean-Kevin Duverne faisait lui sa première apparition dans le groupe. À noter qu’Alexandre Mendy, prêté par les Girondins, était de retour dans le club à qui il appartient. Pas de changement dans l’organisation pour coach ODO, le onze qu’il alignait restant identique à celui face à Rennes la semaine dernière.


Du côté des locaux, Paulo Sousa déplorait dans son groupe des absents tels que Nicolas De Préville, Youssef Aït Bennasser, Loris Benito ou Youssouf Sabaly. Il s’en remettait donc à l’expérience de Jimmy Briand et Benoît Costil mais aussi à des jeunes comme Samuel Kalu, expert en percussion. Vainqueurs 2 à 0 face au FC Metz la semaine passée, les Girondins avaient comme ambition de se faire le scalpe d’un autre promu. Mais les choses ne se passèrent pas aussi facilement.

D’entrée les locaux se montraient les plus dangereux amenant le danger dans la surface brestoise. Pas encore rentrés dans leur match, les Ty-Zefs encaissaient le premier but bordelais sur un coup-franc coupé au premier poteau par Jimmy Briand (6e). Forcément, là, le souvenir du dernier déplacement à Nîmes se faisait ressentir. Mais les Brestois, probablement encore marqués par la défaite 3-0 dans le Gard, allaient réagir immédiatement.

 

Ils allaient alors mettre le pied sur le ballon, ne laissant que des miettes aux locaux. Remontés comme des pendules, les hommes de Dall’Oglio enchainaient les offensives. Les latéraux s’illustraient dans cet exercice avec notamment un Romain Perraud bien en jambes. Les Brestois avaient la possession mais manquaient de réussite. Jusqu’à la 20e minute où, au bout d’une superbe action collective, et grâce à un centre en une touche de balle de Yoann Court, Samuel Grandsir, qui arrivait lancé de l'autre côté de la surface, trompait Costil. Merci pour le spectacle ! Une belle réaction de la part des Rouge & Blanc qui prouvaient qu’ils avaient du mental et du cœur.


Les Bretons mettaient du rythme et les Bordelais laissaient des boulevards dans la défense, ce qui permettait aux visiteurs de continuer à être dangereux. Brest faisait le jeu et allait être récompensé dans le temps additionnel (45e+1). Lancé vers le but, Court, encore lui, temporisait et servait en retrait Mathias Autret qui ajustait parfaitement le portier bordelais. La mi-temps était sifflée dans la foulée.

 

Après avoir pris les conseils, voire certainement les remontrances de Paulo Sousa durant la pause, les Bordelais allaient se montrer plus entreprenants. Kalu, difficile à marquer, usait les Brestois par ses déplacements et ses percussions. Malgré un impressionnant Dénys Bain, les locaux ne lâchaient pas leur objectif d’égaliser. Alexandre Mendy remplaçait Mathias Autret avant un coup-franc à la 63e minute. Le milieu bordelais Benharou frappait au dessus du mur mais se heurtait à la barre transversale. Brest avait eu très chaud.

Dans la foulée, Grandsir profitait d’un contre et servait Mendy pour marquer la balle du break mais là aussi le ballon s’écrasait sur le poteau… On était presque au KO. Le portier brestois allait alors multiplier les arrêts. Deux minutes plus tard, sur corner, Pablo s'élèvait le plus haut et reprenait de la tête pour égaliser pour Bordeaux. Le Stade Brestois, en réaction après cette égalisation bordelaise, allait reprendre un peu sa domination. Mais les deux équipes pouvaient alors, à tout moment, mettre leur adversaire dans les cordes jusqu’au bout de la partie.  Le coup de sifflet final était enfin donné par Benoît Milllot et c’est sur un score de parité 2-2 que les formations regagnaient définitivement les vestiaires. Le Stade Brestois avait pu dévoiler à Bordeaux qu’il avait des qualités offensives et du mental. Au terme d'un match animé, les Ty-Zefs ramènait un bon point de Bordeaux. Le verre à moitié plein en quelque sorte.


(crédit photos : Gauthier Le Roux/sb29.bzh)