basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

19.10.17 | Cauchemar dans le Gard

Le Stade Brestois 29 s’est lourdement incliné vendredi soir à Nîmes (4-0), lors de la 12e journée de Ligue 2. Rapidement menés au score, les Finistériens ont perdu pied en seconde période, terminant même la rencontre à neuf contre onze.

Avant ce déplacement en terre gardoise, les Ty-Zefs restaient sur neuf matches sans défaite et quatre victoires de suite à l’extérieur. Autant de bonnes raisons d’espérer une nouvelle perf’, malgré le profil de l’adversaire : spectaculaire, sans complexe et surtout efficace offensivement. Mais le scénario de ce duel entre deux clubs ambitieux dans le haut du tableau a vite tourné court. Pour s’achever sur un bilan très lourd : quatre buts encaissés, deux expulsés, et surtout le sentiment de n’avoir rien maîtrisé aux Costières.


Dans un schéma inédit en en 3-4-3, les hommes de Jean-Marc Furlan enregistraient les retours de suspensions de Sissoko et Castelletto (ainsi que Grougi sur le banc) mais devaient se passer de Pi, blessé à la cheville. À peine le temps de prendre quelques repères et les Crocos mordaient déjà : sur corner, Bozok reprenait du plat du pied au second poteau et faisait trembler les filets une première fois (1-0, 6e). Jusqu’au quart d’heure de jeu, la pression restait forte sur la cage de Larsonneur, lequel déviait in extremis une tentative de Valdivia dans la surface (14e).

Lentement mais sûrement, les Brestois sortaient le ballon plus proprement et portaient le danger dans le camp adverse. L’égalisation était proche sur une tête bien placée de Mayi, mais le gardien Valette l’enlevait de sa lucarne (24e). Idem sur un joli mouvement offensif conclu par Kiki de près, mais là aussi le portier local était à la parade (36e). Moins en verve, les Nîmois restaient menaçants et obligeait leurs hôtes à se livrer sur chaque duel. Pour un pied trop levé sur Valdivia, Sissoko prenait un deuxième avertissement synonyme d’exclusion, juste avant la pause (43e).


Malgré ce coup du sort, l’espoir de revenir au score demeurait au retour des vestiaires. Pas pour longtemps, puisque l’intenable Bozok, toujours à l’affût, profitait d’une bévue de Belaud pour aller tromper Larsonneur (2-0, 51e). Dès lors, la tâche s’annonçait compliquée pour les Finistériens. Elle devenait même impossible lorsque M. Abed sortait un rouge direct et particulièrement sévère à l’encontre de Zakaria Diallo (54e). Les Gardois, qui n’avaient pas besoin de cela, pouvaient aborder la dernière demi-heure l’esprit libéré.

À son tour, Del Castillo, aux 18 mètres, s’illustrait d’une frappe enroulée du gauche qui se logeait dans le petit filet opposé (3-0, 60e). Logiquement abattus par un tel scénario, les Ty-Zefs essayaient de limiter les dégâts mais buvaient toutefois le calice jusqu’à la lie avec un quatrième but signé de l’inévitable Bozok, une nouvelle fois en embuscade sur une passe en retrait de Castelletto (4-0, 84e). Quand ça ne veut pas…

Dans une ambiance contrastée, l’euphorie nîmoise n’avait d’égal que la frustration brestoise. Une soirée à oublier donc, pour le SB29, qui descend du podium au profit du Paris FC. Il va falloir digérer ce large revers pour repartir sur une autre série positive, vendredi prochain, lors de la réception d’Orléans. Car il y aura forcément des jours meilleurs. Une soirée cauchemardesque…


(crédit photos : F. Foures)