basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

19.09.17 | Série à succès

Le Stade Brestois est en train de se construire un enchaînement XXL et a totalement effacé son timide début de saison. Les hommes de Jean-Marc Furlan peuvent à nouveau regarder vers le haut après un cinquième succès en autant de matches, cette fois sur la pelouse des Chamois Niortais (0-2).

Il y a un peu plus d’un mois, avant la 3e journée de Domino’s Ligue 2, le Stade Brestois était toujours fanny. Depuis, il a engrangé 16 points sur 18 et se trouve au cœur d’une très forte dynamique, de celles qui vous portent en deux coups de cuiller à pot de la zone des relégables au pied du podium. Les inquiets et les sceptiques du début de saison peuvent donc aller voir ailleurs, ce Stade Brestois cuvée 2017/2018 est lancé. Et bien lancé même.

Si après les deux défaites initiales, le calendrier pouvait faire peur, il a été dévoré avec gourmandise par les hommes de Jean-Marc Furlan. Restait à savoir si la quadrilogie fantastique face à Lens, Nancy, Reims et Le Havre n’allait pas occasionner une baisse de régime dans les rangs rouge et blanc. Le test à Niort, une formation dans le doute qui venait d’enchaîner trois revers avant la venue des Ty-Zefs, arrivait donc pile poil pour faire le point.

Face au Chamois, une évidence se dégageait. Il allait falloir se méfier des coups de pied arrêtés, la spécialité maison et sans grande surprise, les alertes ne vinrent (presque) que de la patte de Grange, maître ès coups francs et autres corners. Durant un premier acte un peu hésitant des Brestois, positionnés au coup d’envoi dans un 4-4-2 à plat puis vite repassés à 3 au milieu, les mèches allumées par le Niortais le plus dangereux faillirent faire mouche via Batisse (5e) ou Agouazi (16e, 22e). À chaque fois, la maladresse des Chamois ou les réflexes de Gautier Larsonneur éloignèrent l’ouverture du score. Côté brestois, pendant les 45 premières minutes, on vit une demi-volée écrasée de Jessy Pi (18e), une transversale du remuant Kevin Mayi pour sa première titularisation (20e) ou un tir de peu à côté d’Habib Diallo (36e).

Pas de quoi fouetter un chat d’un côté comme de l’autre mais le début de seconde période allait mettre un coup de fouet aux débats. Ce fut d’abord un coup de théâtre quand l’ouverture du score brestoise intervint au bout du pied de…Choplin. Suite à un tir de Diallo, pressé par Mayi, le défenseur central des Chamois lobait proprement son gardien (0-1, 46e). Ce but avait le don de débloquer les offensives brestoises qui se multipliaient alors dans les espaces de plus en plus larges laissés par les locaux.

Avant l’heure de jeu, Julien Faussurier adressait un long ballon vers Diallo. L’attaquant brestois commençait alors son festival. Contrôle de la poitrine avant d’enrhumer Batisse, de dribbler Allgabé et de glisser le ballon au fond des filets. Superbe ! (0-2, 59e). Groggy, la formation de Denis Renaud échappait à la correctionnelle une minute plus tard sur un tir de Mayi contré (60e) puis un déboulé vitesse grand V du même Mayi conclu d’une frappe trop croisée (65e), une grosse frappe de Mathias Autret (75e) et enfin un poteau de Diallo au bout d’un contre d’école (82e).

Une addition finale à 2-0 qui aurait donc pu être bien plus lourde mais qui suffisait au bonheur du groupe brestois pas lassé pour un sou par cet enchaînement victorieux de cinq succès, dont trois à l’extérieur. Pour que la fête soit encore plus belle, il restera à finir la semaine de la plus belle des manières vendredi face au Paris FC, le promu repêché de dernière minute qui réalise un superbe début de saison et pointe aujourd’hui à égalité avec le Stade Brestois avec 16 points. Tous au stade !


(crédit photos : Chamois Niortais)