basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

19.04.19 | Rouges de bonheur !

Les Ty-Zefs ont fait preuve de caractère pour aller chercher un nouveau succès, vendredi soir à Le Blé, face à Orléans (3-1). Il a fallu attendre le dernier quart d’heure pour délivrer tout un stade paré de rouge et faire un pas de plus vers le Graal. Bien joué !

C’est peu dire que ce rendez-vous chez Francis était attendu par tout un club, et avec lui ses supporters. À l’occasion de cette 33e journée, l’opération «Marée Rouge» était lancée : tout le monde était invité à arborer cette couleur symbolique à l’entrée au stade, avec l’apéro offert en prime. Voilà pour l’accueil. Ensuite, restait à l’équipe de Jean-Marc Furlan de bien négocier ce match loin d’être gagné d’avance, face à un adversaire en pleine réussite depuis le début de la phase retour.


L’US Orléans fait même office de sérieux prétendant aux play-offs dans ce sprint final, que les Brestois abordent quant à eux avec un capital confiance élevé suite aux victoires glanées au Red Star et à Nancy lors des deux journées précédentes. Et avec la volonté de conserver une bonne avance sur ses concurrents directs, à la deuxième place du classement.

Au coup d’envoi, sous un soleil radieux, les joueurs finistériens pouvaient en tout cas compter sur un soutien massif, soit 12 000 personnes venues mettre de l’ambiance en tribunes.

Sur le terrain, les coéquipiers du capitaine Belaud prenaient le contrôle du jeu dès l’entame. Sur un corner de Court côté droit, une première situation chaude aurait pu déboucher sur l’ouverture du score (4e). Ensuite, les débats se rééquilibraient quelque peu et l’USO, à son tour, se montrait dangereux sur une tête de Mutombo que Larsonneur captait sans problème (18e). Pas de quoi freiner les velléités offensives locales, qui se manifestaient lors d’une belle action collective et un coup de tête de Charbonnier face aux cages. Mais Gallon, vigilant, parvenait à dévier le ballon (24e).


Après la demi-heure, les hommes d’Ollé-Nicolle mettaient le pied sur l’accélérateur. Tour à tour, Benkaïd (32e) et Cissokho (34e) inquiétaient Larsonneur dans la surface, mais le gardien brestois repoussait le danger avec autorité devant sa ligne. L’heure était venue d’inverser cette tendance négative. Le détonateur se nommait Ngoma, dont la chevauchée était stoppée irrégulièrement par Gallon, obligeant M. Perreau Niel à siffler un pénalty. En buteur aguerri, Charbonnier ne se posait pas de question et transformait en force (1-0, 40e). Avec un peu de chance, le meilleur scoreur de la L2 aurait même pu doubler la mise, quelques minutes plus tard, mais cette fois Gallon veillait au grain (43e). À la pause, l’avantage local semblait globalement mérité.


Très festive jusque-là, l’atmosphère allait se tendre en début de seconde période. D’abord par une égalisation orléanaise rapide et spectaculaire, l’oeuvre de D’Arpino dont la frappe lobée des 35 mètres finissait au fond des filets (1-1, 48e). La stupeur générale ne durait que deux petites minutes, ce diable de Ngoma obtenant un nouveau pénalty après une jolie série de dribbles. Hélas, la tentative de Charbonnier s’écrasait sur le poteau (50e). On craignait alors que le vent tourne contre les Ty-Zefs. Subitement, la tension et l’enjeu devenaient plus palpables. Pour remobiliser ses troupes et retrouver de l’allant, Jean-Marc Furlan faisait entrer Mayi et Battocchio après l’heure de jeu.


Pas à l’abri d’une mauvaise surprise, les Finistériens devaient continuer à pousser pour reprendre l’avantage. Comme bien souvent, c’est Charbo qui avait la clé. Soucieux de se racheter de son penalty manqué, l’attaquant brestois chipait le ballon à la défense visiteuse et allait tromper Gallon sans trembler (2-1, 80e), pour sa 24e réalisation personnelle. Et le Blé de vibrer de plus belle ! Pas complètement résignés, les Orléanais jouaient alors leur va-tout, laissant aux Brestois d’autres opportunités à exploiter en fin de match. Sur l’une d’elles, le revenant Butin marquait le troisième but, sur une offrande de Battocchio, pour assurer les trois points et prolonger le plaisir (3-1, 90e).

Au-delà de la joie partagée par les héros du soir avec leurs supporters au coup de sifflet final, l’opération comptable est juteuse : à cinq journées du terme, le SB29 maintient un écart significatif (7 points) sur son premier poursuivant, Troyes. Si, tout devant, Metz semble désormais assuré de monter, Lorient et le Paris FC, eux, voient leurs rêves d’accession directe s’éloigner. Mais attention, rien n’est encore définitivement acquis. Il faudra aborder la semaine prochaine avec le même entrain, mardi à l’AC Ajaccio puis samedi face à Lens, pour valider ce dénouement tant espéré. Encore un petit effort…


(crédit photos : O.Stephan / sb29.com)