basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

17.08.18 | Le remake n’a pas eu lieu

Trop peu incisif sur la longueur du match, le Stade Brestois a dû concéder sa deuxième défaite de la saison, la première à l’extérieur. Menés rapidement dans la partie, les Ty-Zefs ont subi le coup de grâce juste après la pause, ne parvenant pas ensuite à se montrer suffisamment dangereux pour inverser le cours de la rencontre comme ils avaient su le faire il a deux ans dans ce même stade. Avec quatre points au classement en quatre rencontres disputées, ils sont maintenant tenus de bien négocier les deux prochaines rencontres avant la trêve, contre Le Havre et auxerre.

Les plus belles histoires ne se répètent pas toujours. Le Stade Brestois en a fait les frais ce vendredi. Dans la tête des supporters sochaliens, le scénario catastrophe connu deux ans auparavant, quasiment jour pour jour, a dû trotter jusqu’au coup de sifflet final de Monsieur Rouinsard. Souvenez-vous, en août 2016, alors menés 2-0, les Rouge et Blanc avaient inscrit deux buts dans les arrêts de jeu (Maupay, Joseph-Monrose) pour ramener en Bretagne un nul aux allures de victoire. Bizarrement, les deux formations s’étaient également rencontrées quelques jours plus tôt en Coupe de la Ligue au même endroit.


Les comparaisons s’arrêtent là puisque cette fois le SB29 s’est qualifié pour le second tour de la Coupe de la Ligue mais n’a rien pu faire en championnat. Il ne fallait pas non plus s’attendre à beaucoup de similitudes entre le match de mardi et celui-ci. Jean-Marc Furlan avait largement fait tourner en début de semaine et seuls trois éléments étaient également parmi les titulaires ce vendredi (Castelletto, Diallo, N’Goma). Le coach brestois avait cette fois opté pour un onze plus classique avec pour seule sensation la première titularisation d’Ibrahima Diallo, Brestois depuis quelques jours seulement.

Si les Sochaliens mettaient du rythme en début de partie, les premiers à se créer une occasion étaient les Ty-Zefs. Superbement lancé par Quentin Bernard en profondeur, Gaëtan Charbonnier parvenait à tromper Prévot venu à sa rencontre mais l’attaquant brestois était malheureusement signalé hors jeu… (9e). Sur l’action suivante, Demirovic chauffait les gants de Gautier Larsonneur. Première alerte. Quelques minutes plus tard, les Sochaliens allaient débloquer les débats suite à un coup franc de Daham à la suite duquel, Josema, au second poteau, trouvait l’ouverture (1-0, 19e).


Édouard Butin (32e) et Ferris N’Goma (34e) tentaient bien de réagir mais sans succès et c’était encore Demirovic qui inquiétait le gardien brestois (38e). Le score à la pause ne bougeait plus, 1-0 pour les Lionceaux. Le deuxième effet kiss cool allait intervenir dès la reprise du jeu quand Demirovic échappait à l’arrière garde brestois pour aller tromper Larsonneur (46e). Ce même diable voyait ensuite un nouveau but refusé pour hors jeu (54e). Alors oui, à ce moment-là, nombreux ont sûrement été ceux qui ont pensé à un remake du scénario de 2016 mais la fin de match, trop neutre côté brestois, réglait l’affaire.

Voilà donc les Brestois qui font un peu de surplace dans ce difficile début de championnat. Avec un point pris sur les deux derniers matches, ils auront certainement la volonté d’engranger rapidement, si possible avant la trêve, une ou deux victoires pour se rassurer et se replacer dans un classement il est vrai pour le moment un peu anecdotique. Gros client en vue dès la semaine prochaine avec la venue à Le Blé des Havrais qui les avaient sortis lors des play-offs en mai dernier.


(crédit photos : Christian Lemontey)