basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

16.03.19 | Deux têtes qui valent un point

Le Stade Brestois a ramené un très bon point de Lorient (1-1) au terme d’un match qui aura mis une mi-temps à se décanter. Arrivés dans le Morbihan avec cinq unités d’avance sur les Merlus, les Ty-Zefs conservent donc leur avantage au classement. Menés au score, les Brestois ont trouvé la force de revenir sur une tête de Yoann Court et c’est celle d’Anthony Weber dans les arrêts de jeu qui a permis de valider définitivement le résultat.

Jean-Marc Furlan avait toute la semaine tenter de libérer la pression mise autour de ce match par les médias et les supporters. Le coach brestois, très attaché à la bonne santé de son équipe dans le money time avait prévenu : celui-ci n’est pas encore arrivé. Alors dans la tête du technicien girondin, aucun résultat ce samedi face au FC Lorient ne présenterait un caractère définitif.


Il n’empêche, au coup de sifflet final, il y avait certainement dans sa tête une bonne dose de satisfaction, et ce pour plusieurs raisons. Après avoir observé sa formation davantage dans l’attente durant les 45 premières minutes, il l’a ensuite vue trouver la force de caractère pour recoller à des Merlus qui avaient pris l’avantage sur leur première véritable occasion et maîtriser une fin de partie seulement troublée par un coup de canon de Lemoine qui aurait pu finir au fond sans la tête salvatrice d’Anthony Weber.

Dans un stade monochrome où les supporters brestois avaient reçu l’interdiction de se rendre, c’était surtout le vent qui se faisait remarquer avant le coup d’envoi. Jean-Marc Furlan avait décidé d’aligner son équipe en 4-2-3-1 et avaient du composer avec les absences de Gaëtan Belaud, Jean-Charles Castelletto, Julien Faussurier et Édouard Butin. Et ceux qui s’attendaient au même spectacle qu’au match aller (victoire brestoise, 3-2) allaient être déçus par une première période sans éclat. FCL et SB29 avaient beau chercher chacun leur artificier en chef, Pierre-Yves Hamel et Gaëtan Charbonnier, il n’y avait pas grand chose qui fonctionnait. Une tête d’Hamel au-dessus (6e), une frappe au ras du poteau de Yoann Court (15e) ou une autre de Cristian Battocchio (27e) et c’était à peu près tout pour ce premier acte (0-0, 45e).


La suite allait se montrer bien plus consistante de part et d’autre. Hamel allumait la première mèche d’une position excentrée mais Gautier Larsonneur était vigilant à la parade (52e). Quelques minutes plus tard, c’était au tour de Claude-Maurice de s’illustrer. À l’angle de la surface, l’attaquant lorientais envoyait une frappe enroulée au second poteau que le gardien brestois ne pouvait qu’effleurer (1-0, 55e).

Une vraie occasion pour Lorient et un but, la note était salée pour les Ty-Zefs qui décidaient alors d’accélérer. Suite à une ouverture lumineuse de Cristian Battocchio, Mathias Autret centrait pour Yoann Court dont la frappe instantanée trouvait Meslier (58e). Claude-Maurice retentait aussi sa chance de loin mais Gautier Larsonneur était impeccable (65e). Une dernière frayeur donc avant l’éclaircie brestoise. Le gardien du SB29 dégageait loin pour Mathias Autret qui profitait d’une hésitation de la défense lorientaise pour s’emparer du ballon et le centrer au second poteau pour Yoann Court. Un plongeon et une tête plus tard, le Stade Brestois égalisait ! (1-1, 69e).

Cabot essayait de faire la décision (70e) puis c’est Mathias Autret qui l’imitait (73e) mais personne ne trouvait la mire, N’Goma échouant également sur Meslier (78e). Le match nul se dessinait mais Lemoine y croyait encore et sa volée était magistralement sauvée de la tête sur la ligne par Anthony Weber (90e+2). Ouf ! Si les Lorientais regretteront certainement cette dernière cartouche, les Brestois se satisferont eux amplement de ce point qui leur permet de garder leurs distances sur désormais deux formations, le FC Lorient et le Paris FC, toutes deux à cinq points.


(crédit photos : Gauthier Le Roux/SB29)