basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

15.12.17 | Des vacances bien méritées

Dominateurs et réalistes, les Brestois se sont nettement imposés sur la pelouse de Quevilly Rouen Métropole, vendredi soir, lors de la 19e journée de Ligue 2 (4-1). Un joli succès qui permettra aux Ty-Zefs de passer les fêtes bien au chaud au pied du podium…

Et de quatre ! Le Stade Brestois 29 a confirmé sa belle dynamique de la fin d’automne en championnat en allant glaner trois points supplémentaires en Normandie, lors de cette dernière journée de la phase aller. Une victoire certes attendue face à un adversaire de bas de classement mais qu’il a fallu aller chercher après la pause, dans des conditions de jeu délicates.

En effet, la pelouse du Stade Robert Diochon avait beaucoup souffert, avant même le coup d’envoi, de la pluie incessante tombée depuis la matinée. L’arbitre de la rencontre, M. Perreau-Niel, l’avait toutefois jugée praticable, à juste raison. Dans le onze de départ concocté par Jean-Marc Furlan, peu de surprises si ce n’est la titularisation d’Habib Diallo seul à la pointe de l’attaque, dans un 4-3-3 plusieurs fois utilisé cette saison. Si les premiers instants étaient plutôt à l’avantage des joueurs locaux, le danger n’était pas flagrant devant le cage de Larsonneur. Au fil des minutes, les Finistériens prenait le contrôle du jeu et enchaînaient les bons mouvements dans le camp adverse, malgré un terrain de plus en plus gras. Des frappes lointaines de Sissoko (18e) et Pi (22e) donnaient quelques sueurs froides au gardien Delaunay, vigilant sur sa ligne.
Juste avant la demi-heure, Bernard trouvait l’ouverture : sur un ballon en profondeur de Belaud, le latéral gauche repiquait dans la surface et allait marquer de près, du pied droit (0-1, 29e). Un avantage logique qui aurait pu être de courte durée car les filets tremblaient de l’autre côté dans la foulée, mais un hors jeu était signalé et le but refusé. En fin de mi-temps, Castelletto était tout près de doubler la mise, sur corner, mais sa reprise était détournée in extremis par Delaunay. A l’inverse, QRM frôlait l’égalisation lorsque la talonnade de Taufflieb aux 6 mètres échouait sur le poteau avant d’être maîtrisée par Larsonneur (44e).

Peu en réussite lors de ces 45 minutes initiales, les Normands avaient le mérite de s’accrocher. Dès l’entame de la seconde période, ils intensifiaient la pression sur la défense brestoise. Leur duo d’attaque Duhamel-Gakpa faisait mouche : une remise de la tête du premier permettait au second de venir crucifier Larsonneur de près pour l’égalisation (1-1, 51e). Pendant quelques instants, le rapport de force s’équilibrait et QRM pouvait même espérer renverser la vapeur. Côté finistérien, on laissait passer l’orage avant d’en remettre une couche. En relais avec Belaud côté droit, Faussurier centrait au point de penalty et Diallo, à l’affût, plaçait sa tête hors de portée de Delaunay (1-2, 64e). Un vrai coup de massue pour la formation locale, qui sentait que sa chance était passée. De leur côté, les Ty-Zefs avaient cette fois la ferme intention de se mettre à l’abri d’un nouveau retour au score. Fraîchement entré en jeu, Butin profitait d’un nouveau ballon récupéré dans l’axe par Autret, puis parfaitement, délivré par Faussurier pour inscrire ce troisième but libérateur (1-3, 69e).
Il restait alors à bien gérer les vingt dernières minutes, et corser l’addition si possible. C’était chose faite par Faussurier, dont la reprise à bout portant sur un caviar d’Autret finissait au fond des filets (1-4, 83e). il n’y avait plus de suspense, et coach Furlan pouvait donner au jeune Pintor l’occasion de faire ses grands débuts en pros dans les ultimes instants de la partie. Le prometteur attaquant était même à deux doigts de marquer à son tour mais le centre en retrait de Charbonnier était contré de justesse par un défenseur adverse. Une prochaine fois…

Avec cette quatrième victoire d’affilée, le SB29 termine l’année 2017 en beauté et surtout reste au contact des équipes de tête en L2 (3e ex aequo avec l’AC Ajaccio, Le Havre et le Paris FC). Avec 34 points au compteur, le club finistérien fait presque aussi bien que l’an passé (1er avec 35 points à la trêve), et peut nourrir de légitimes ambitions lors de la phase retour. Ce sera à partir du 12 janvier, après des vacances bien méritées pour tout le monde. Rendez-vous en 2018 !

Crédit photo : QRM