basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

15.05.18 | Clap de fin

Le Stade Brestois a tiré définitivement un trait sur ses espoirs de Ligue 1 ce mardi au Havre. Battu 2-0 lors du premier des play-offs sans pour autant avoir été inquiété par le collectif normand, il a donc vu son chemin s’arrêter là, non sans quelques regrets. C’est maintenant le temps des vacances pour les Ty-Zefs qui vont pouvoir récupérer d’une saison éprouvante. La reprise est elle fixée au 21 juin.

Depuis la fin de la saison régulière, vendredi dernier, les Brestois avaient décidé de prendre cette aventure en play-offs comme le bonus d’un bel exercice conclu à la cinquième place avec un mot d’ordre : rien à perdre, tout à gagner. C’est donc avec cet état d’esprit que le groupe rouge et blanc avait pris l’avion à Guipavas le matin du match. En toute décontraction donc mais pas sans ambition. Face à des Havrais à la dynamique très positive et qui restaient sur cinq succès consécutifs, la tâche n’allait pas être des plus aisées mais ces Ty-Zefs avaient tellement de fois su se montrer performants à l’extérieur que tout était permis.


Un seul point noir était venu perturber l’atmosphère légère à Kerlaurent les jours précédant le match, l’accumulation des blessures dans le vestiaire. Gaëtan Belaud, Ibou Sissoko, Alex Coeff et Jessy Pi n’étaient pas du voyage en Normandie et cela était évidemment très préjudiciable. C’est donc une équipe un peu expérimentale que Jean-Marc Furlan alignait au stade Océane. Avec Julien Faussurier latéral droit et un trio au milieu composé de Jo Gastien, Jason Berthomier et Mathias Autret. Pierre Magnon connaissait lui sa deuxième titularisation sur le flanc droit de l’attaque.

La première grosse alerte était à mettre au crédit du HAC. Suite à un coup franc de Ferhat, le meilleur passeur de Domino’s Ligue 2, Bese remettait de la tête en retrait pour la tête de Moukoudi et il fallait une superbe intervention d’Anthony Weber sur la ligne pour éloigner le danger (12e). Mieux que leurs adversaires dans la possession et avec davantage d’idées, les Brestois manquaient cependant de spontanéité et ne parvenaient pas à mettre en danger la solide arrière-garde havraise (aucun but encaissé depuis cinq matches). Le coup de tonnerre de cette première période allait intervenir par l’intermédiaire de Fontaine qui grillait la politesse au milieu brestois avant de slalomer et d’armer une frappe limpide dans la lucarne de Gautier Larsonneur (1-0, 38e).


Ce but d’avance pouvait paraître cher payé à la pause mais il n’y avait pas le temps de s’apitoyer, il fallait vite remettre le couvert avec la pause pour revenir dans la partie et rester en vie. Message reçu par l’attaque brestoise qui s’illustrait rapidement. Au bout d’une belle combinaison, Habib Diallo, devant le but, se voyait retirer le ballon par un pied très (trop) haut de Bain qui aurait normalement dû donner lieu à un penalty (49e). Quelques instants plus tard, Jean-Charles Castelletto lançait sur la droite Magnon dont le centre trouvait Autret. Sa frappe propre n’inquiétait cependant pas Thuram (54e). Le Havre répliquait par le buteur du soir, Fontaine, qui héritait d’un ballon à l’entrée de la surface, sa demi-volée contrée par Gastien prenait Larsonneur à contrepied mais heureusement, le ballon passait à côté (57e). Bonnet avait lui aussi l’occasion d’aggraver la marque mais c’était cette fois Faussurier qui déviait le ballon en corner (60e).

Côté brestois, c’est un corner d’Autret qui amenait un nouveau danger. Faussurier, idéalement placé aux 16 mètres, profitait d’un mauvais dégagement havrais pour décocher une grosse reprise de volée que Thuram ne pouvait que repousser. Malheureusement, aucun brestois n’était à l’affût pour en profiter (73e). Il fallait alors attendre les dernières minutes pour voir le match devenir complètement fou. Le Havre doublait la mise par Bonnet au bout d’une action confuse où une grosse faute était oubliée sur Gastien (2-0, 88e). Monsieur Millot avait décidé de ne pas broncher et expulsait même Édouard Butin dans la foulée pour protestation. Quelques instants plus tard, nouvelle échauffourée au milieu de terrain. Au bout de ce micmac, deux nouveaux cartons rouges étaient distribués, pour Jean-Marc Furlan et le Havrais Amos Youga. Il était finalement temps que l’histoire se termine pour les Brestois qui se retrouvaient donc en vacances au coup de sifflet final.

Auteurs d’une très belle saison, avec une cinquième place pour la deuxième fois d’affilée, ils peuvent maintenant se reposer et souffler avant de reprendre le chemin de l’entraînement le 21 juin. En attendant, merci messieurs !


(crédit photos : HAC)