basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

12.01.19 | Pas si simple !

Accroché à domicile par Troyes (1-1), samedi après-midi, le Stade Brestois 29 n’a pas pu démarrer la phase retour par un succès, mais conserve sa deuxième place au classement avec une marge réduite sur ses poursuivants.

Souverain à Le Blé lors de la première partie de saison, le club finistérien espérait repartir sur d’aussi bonnes bases en ce début d’année 2019. Mais c’était sans compter sur un adversaire troyen en plein renouveau après un démarrage compliqué. A l’arrivée, le partage des points n’est pas illogique. Juste un peu frustrant…


Pour ce match décalé de la 20e journée de Domino’s Ligue 2, les Ty-Zefs se présentaient sur leur pelouse fétiche quasiment au complet. Ne manquaient à l’appel que Pi, en phase de reprise, et Faussurier, tombé malade juste avant ce premier rendez-vous de l’année en championnat. Bien en jambes le week-end précédent à Rennes lors des 32es de finale de la Coupe de France malgré l’élimination aux tirs aux buts, les hommes de Jean-Marc Furlan affichaient dès le coup d’envoi leurs intentions offensives. Au fil des minutes, le danger se rapprochait devant la cage de Samassa, contraint à une intervention délicate sur une frappe vicieuse de Charbonnier (12e) puis tout heureux de voir la tentative de Court passer au ras de son poteau gauche (13e).


Au bout d’un quart d’heure, l’ESTAC montrait à son tour de bons mouvements collectifs, sans toutefois inquiéter sérieusement l’arrière-garde brestoise, où Castelletto faisait son retour après trois matches de suspension. Mais la tendance restait tout de même favorable aux joueurs locaux, qui retrouvaient leurs automatismes dans le jeu, en attendant de pouvoir concrétiser. Si Charbonnier était trop court pour reprendre un bon centre de Belaud (22e), c’est bien lui qui amenait l’ouverture du score en se faufilant dans la surface troyenne avant de servir Autret, idéalement placé pour marquer (1-0, 38e). Une vraie bouffée d’oxygène avant la pause.


Dès le début de la seconde période, les partenaires de l’ex-Ty Zef Bryan Pelé faisaient preuve d’un état d’esprit plus agressif. En conséquence, la défense finistérienne se retrouvait immédiatement en difficulté, et l’égalisation aurait pu intervenir à la 48e sans un sauvetage miracle de Larsonneur sur sa ligne devant Martins Pereira. Ce n’était que partie remise, puisque le jeune talent Mbeumo, peu en vue jusqu’alors, venait chiper le ballon dans les pieds de Bernard pour aller tromper le gardien brestois (1-1, 51e).

Sur sa lancée, l’ESTAC ne relâchait pas la pression et Mbeumo, encore lui, s’illustrait une nouvelle fois en obtenant un coup-franc à la limite des 16 mètres, après avoir été accroché par Larsonneur, averti sur ce coup-là. Après l’heure de jeu, le rythme se faisait plus haché et l’arbitre, M. Benchabane, avait bien du mal à contenir la nervosité ambiante.


Malgré tout, le SB29 tenait de forcer le destin. Toujours remuant, Autret butait sur Samassa (59e) puis Mayi, sur corner, se jetait au second poteau mais ne cadrait pas sa tête. Avec les entrées de Ngoma et Butin, les Ty-Zefs retrouvaient un second souffle en phase offensive. Mais en face, le bloc troyen n’offrait que peu d’opportunités. La fin de match devenait franchement électrique et M. Benchabane décidait d’exclure un joueur de chaque équipe : Obiang puis Weber (92e). C’est dans une grande confusion qu’il renvoyait tout le monde aux vestiaires au bout du temps additionnel, scellant ainsi ce partage des points entre deux formations qui se valaient.

Pas de regret donc, mais un petit goût d’inachevé en termes de spectacle.

Avec ce 39e point, le SB29 consolide sa deuxième place au classement, derrière l’impressionnant leader messin. Mais la marge de sécurité sur les concurrents directs à la montée se réduit : quatre points sur le Paris FC (3e), cinq sur Lorient (4e) et sept sur Lens (5e) qui doit jouer lundi soir. Rien n’est encore acquis, et il va falloir continuer à cravacher lors des prochaines semaines. Prochain rendez-vous : un déplacement le lundi 21 janvier à Paris pour un nouveau choc de haut de tableau.


(crédit photos : O.Stephan/sb29)