basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

10.08.18 | Encore perfectible

Tenu en échec par le Paris FC (1-1), vendredi soir à Le Blé, le Stade Brestois 29 a montré du mieux par rapport à la défaite initiale face à Metz, mais devra encore progresser pour enchaîner les victoires, notamment à domicile. 

Un point c’est toujours mieux que rien. Une évidence bonne à rappeler en ce début de mois d’août, après trois journées de Domino’s Ligue 2. Certes, les Ty-Zefs viennent de prendre quatre points en deux matchs, mais la prestation fournie contre une formation parisienne déjà bien rodée laisse un petit goût de frustration côté finistérien car elle aurait pu déboucher sur un premier succès à la maison cette saison.



Au coup d’envoi, le onze brestois se présentait tel qu’à Troyes (pas en losange cependant), où il s’était imposé (1-2) une semaine plus tôt, avec Faussurier sur le banc pour son retour de blessure. Et surtout avec un peu plus de repères collectifs que face à Metz, lors de la première journée. Comme attendu, les joueurs finistériens prenaient rapidement le jeu à leur compte, sans toutefois créer le danger face au but adverse lors des dix minutes initiales. Côté parisien, hormis une incursion de Saint-Louis, trop court pour reprendre de la tête un centre tendu de Mamillonne, l’humeur n’était guère à la prise de risque.

Au quart d’heure, le SB29 faisait monter la température d’un cran. Tout d’abord sur une frappe du gauche de Belaud, à l’entrée de la surface, qui frappait le montant de plein fouet (15e), puis sur une tentative lobée de Butin, lancé en profondeur, mais hors cadre (17e).Une double alerte sans conséquence pour la formation visiteuse, qui parvenait ensuite à resserrer les rangs. Elle était même tout proche de l’ouverture du score juste avant la demi-heure, lorsque le coup franc de Kerrouche, plein axe aux 25 mètres, frôlait la lucarne de Larsonneur (29e).


Après, le jeu retombait dans l’approximation de part et d’autre. On se dirigeait vers la mi-temps sur un score vierge quand le PFC, en contre, parvenait à marquer. Anticipant la sortie de Larsonneur, Mamilonne ajustait un lob des 20 mètres qui retombait sous la barre malgré la déviation du gardien brestois (0-1, 45e+1). Mauvaise surprise…

Au retour des vestiaires, les Rouge et Blanc reprenaient leur marche en avant, avec l’espoir d’égaliser sans trop tarder. Ils y étaient presque lorsque Ayasse reprenait de la tête un corner de Pi, mais le ballon échouait au ras du poteau (52e). Ce n’était que partie remise puisque dans la foulée, sur une action similaire, c’est cette fois Charbonnier qui s’élevait plus haut que tout le monde pour trouver le petit filet opposé (1-1, 55e).


Remis sur de bons rails, les Ty-Zefs, poussés par près de 8 000 supporters, avaient à coeur d’enfoncer le clou, surtout avec l’entrée en jeu de Faussurier (56e). Si la pression était constante sur la défense parisienne, celle-ci conservait tant bien que mal une certaine solidité. Une tentative lointaine de Pi, sur un ballon renvoyé dans l’axe, passait de peu à côté (66e). Même finalité pour Charbonnier quelques instants plus tard en position identique (74e). Dès lors, on ne voyait plus guère les visiteurs venir embêter l’arrière-garde finistérienne, le résultat nul semblant leur convenir.

Disputée jusque-là sur un rythme élevée, la partie baissait en intensité dans le dernier quart d’heure, les deux équipes accusant le coup physiquement. Un ultime coup franc des 20 mètres signé De Azevedo retombait au-dessus de la cage locale (89e), tout comme la frappe lointaine de Mandouki (90e+1). Il fallait donc se contenter de ce partage des points, quelque peu frustrant au vu du scénario de la soirée.

Plus consistant sur sa pelouse que lors de sa première sortie, le SB29 a montré des signes encourageants pour la suite du championnat, où il devra être capable de remporter les matchs qu’il domine pour jouer un rôle majeur au classement. Pour l’heure, c’est encore perfectible. «On n’est pas dans une phase de réussite, regrette le coach Jean-Marc Furlan. Le point positif, c’est en étant menés, on a réussi à revenir au score. C’est la deuxième fois et c’est un point d’ancrage important.» Place maintenant à un double déplacement à Sochaux, d’abord mardi en Coupe de la Ligue puis vendredi en championnat.


(crédit photos : O.Stephan/sb29bzh)