basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

On y était presque…

L’aventure en coupe s’arrête pour le Stade Brestois 29 après la défaite aux pénaltys face au Stade Rennais, ce dimanche après-midi (2-2/TAB 5-4). Dans un match virevoltant, les Rouge et Blanc ont fait trembler les rennais jusqu’au bout. La hiérarchie est respectée, les Ty-Zefs sortent la tête haute d’un match où tout aurait pu basculer, d’un côté comme de l’autre.

 Pour commencer 2019, c’est le Stade Rennais, pensionnaire de Ligue 1 et toujours qualifié en Europa League, qui se présente devant le Stade Brestois 29 pour ce 1/32ème de finale de la Coupe de France. L’objectif était évidemment de retrouver de bonnes sensations avant la reprise de la Domino’s Ligue 2. Quoi de mieux qu’un derby breton pour cela ? Les nombreuses surprises de la veille en Coupe de France, avec notamment l’élimination de 3 clubs de ligue 1, faisaient apparaître les traces d’un match spectaculaire. Et du spectacle, les brestois nous en ont fourni ! C’est un 11 de départ quasi habituel qui s’apprête à défier les Rouge et Noir au Roazhon Park, où les 440 supporters brestois poussent les brestois dès leur apparition à l’échauffement. Du talent des deux côtés, une ferveur publique et une volonté de produire du beau jeu : tous les ingrédients étaient donc réunis pour assister à un derby breton rocambolesque.

 

Et la bataille commence dès le début de la rencontre. Les rennais veulent clairement maîtriser le ballon et prennent rapidement le contrôle du jeu. Mais nos brestois peuvent compter sur leur solidité défensive qui freine en début de rencontre toutes les prises de décisions rennaises. Maître de la possession, les Rennais se montrent pourtant stériles. À l’image de Kévin Mayi à la 9ème minute qui vient une première fois inquiéter Koubek à la suite d’un bon débordement sur le côté gauche. Il y a de la place, et cela nos Ty-Zefs l’ont bien compris et se libèrent de plus en plus. Le match s’ouvre et les occasions se multiplient laissant les deux portiers s’illustrer. Mais il en a fallu qu’une, à notre goléador, Gaëtan Charbonnier pour trouver le chemin des filets et éteindre le Roazhon Park. Bien lancé par Autret à la 23ème minute, le meilleur buteur brestois s’y prend par deux fois pour tromper Koubek. 1-0 pour le Stade Brestois 29, l’espoir jaillit. Les locaux ont pris un sacré coup derrière la tête et peine à mener jusqu’au bout leurs offensives. En ces 25 premières minutes, les protégés de Jean-Marc Furlan montrent du caractère. Solides défensivement, les brestois se montrent dangereux à chaque récupération de balle en se portant très vite vers l’avant. Chaque contre-attaque brestoise est finement menée par le technicien brestois, Mathias Autret. À la 39ème minute le match prend la plus belle des tournures pour nos Ty-Zefs. Bien servi sur coup-franc par Autret, Charbonnier la reprend de la tête et trompe encore une fois Koubek. Le duo Autret-Charbonnier fait trembler les rennais, 2-0 pour le Stade Brestois 29. Sous le choc, les locaux réagissent dès le coup d’envoi. Sur le côté droit, Zeffane parvient à trouver Hunou au centre qui dévie le ballon au fond des filets (40ème). 1-2 à la pause, les brestois ont montré une première période de caractère et sont parvenus à faire déjouer les rennais qui n’ont, que très peu, trouvés la faille du solide bloc défensif brestois.

 

 

 

La seconde mi-temps démarre sur les chapeaux de roues. Les rennais ont d’autres intentions et souhaitent revenir rapidement à hauteur des Ty-Zefs. Chose faite, à la 49ème minute Ismaïla Sarr parvient à tromper Donovan Léon à l’entrée de la surface sur la première action de la deuxième période. Les deux équipes se retrouvent à égalité dès le retour des vestiaires. Commence alors un nouveau match, les Ty-Zefs subissent de plus en plus mais les finistériens tiennent. Les locaux butent tour à tour sur l’infranchissable muraille brestoise de la soirée : Donovan Léon. Il repoussera une dizaine de tentatives rennaises durant cette seconde période. Les brestois ont très peu d’offensives et peine à aller inquiéter Koubek. Les prolongations pendent au nez des deux équipes. Les locaux ne l’entendent pas de cette manière et poussent en fin de rencontre mais toutes leurs tentatives sont bloquées par le portier brestois. Rien ne passera, nos Ty-Zefs font le travail défensif qu’il faut. Très solidaires et très costauds jusqu’au bout, les brestois arrachent les prolongations dans une seconde période à sens unique, à l’exception d’une occasion en fin de match de Faussurier bien lancé par Chardonnet qui voit sa balle passer au-dessus de la transversale de Koubek. Les 90 minutes ne suffisent pas, place aux prolongations.

 

 

Les deux équipes sont exténuées par la lutte qu’elles viennent de mener. Les crampes semblent arriver pour certains et le 4ème remplacement autorisé durant les prolongations offre aux coachs une dernière cartouche possible pour ces 30 dernières minutes de folies. Nos brestois reprennent avec la même intensité et la même envie de gagner chaque duel. À l’image de la sentinelle Diallo-Belkebla qui n’en finit plus de parcourir la pelouse du Roazhon Park pour contrer les offensives rennaises. Les locaux continuent de contrôler le match et mettent une pression incessante sur la cage brestoise. Mais Donovan Léon marche sur l’eau : il écœure un à un les attaquants rennais en stoppant toutes leurs tentatives. Le bloc brestois tient, rien ne semble pouvoir passer ce soir. La fatidique épreuve de tirs au but se rapproche lentement et une tension nerveuse envahit les 12 554 spectateurs présents au Roazhon Park. Court viendra donner une dernière étincelle d’espoir aux Rouge et Blanc mais son coup franc est renvoyé par le mur rennais (113’). Rien n’y fait, rien ne rentrera ça doit se jouer aux tirs au but.


La séance commença, comme la rencontre, de la plus belle des manières. Leon continue son festival et stoppe la tentative de Poha puis voit celle de Bourigeaud passer au-dessus de sa transversale. Deux balles de match s’offrent à nos brestois, mais Diallo et Butin ne parviennent à en profiter. Les rennais, poussés par leur public, reviennent encore une fois à la marque et prennent l’ascendant psychologique. À l’image de cette rencontre, le suspense est à son paroxysme. Finalement, Koubek parvient à détourner la septième tentative brestoise et prive nos Ty-Zefs des 1/16èmes de finale.


Nos brestois n’ont pas à rougir de leur prestation. Ils ont su montrer un visage de qualité et un état d’esprit remarquable en résistant 120 minutes au 8ème de Ligue 1 Conforama. Ce qui laisse présager de très bonnes choses pour la suite de la saison. La Coupe de France a délivré toutes ses promesses, la hiérarchie a été respectée mais les Ty-Zefs peuvent garder une certaine amertume de cette rencontre qui aurait pu basculer en leur faveur à plusieurs reprises. Malgré cela, ils tombent avec les honneurs et quittent la compétition par la plus grande des portes. Place maintenant à la Domino’s Ligue 2, avec le début de la poule retour ce samedi 12 prochain face à l’ESTAC Troyes au Stade Francis-Le Blé.

 

 

(crédit photos : Gauthier le Roux)