basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

03.08.18 | À la relance !

Cueillis à froid en début de semaine par Metz, le Stade Brestois a parfaitement rebondi en allant décrocher logiquement la victoire à Troyes. Pourtant rapidement menés au score et bénéficiant de trois jours de récupération de moins que leurs adversaires, les Rouge et Blanc ont su parfaitement réagir et repasser devant grâce à un doublé de Gaëtan Charbonnier. Il n’y aura donc pas de mauvaise série pour débuter la saison.

 Caniculaire ! Les Brestois ne sont pas beaucoup sortis de leur hôtel troyen en ce vendredi d’août où les températures dans l’Aube ont flirté avec les quarante degrés. Il y a des jours comme ça où il vaut mieux rester au frais, surtout quand l’échéance du soir revêt une telle importance. Battu dans son jardin de Le Blé par Metz en ouverture de championnat, le SB29 se devait de réagir pour ne pas revivre le même départ raté que l’an passé. Si le fond de l’air était toujours aussi chaud au coup d’envoi (35 degrés), les esprits étaient alors tous tournés vers un seul objectif : les trois points.


Parce qu’il voulait vraiment qu’il se passe quelque chose durant ce match, Jean-Marc Furlan avait opté pour un 4-4-2 « en losange » travaillé durant toute la semaine à l’entraînement. Devant une défense classique, on retrouvait ainsi Jessy Pi en sentinelle, Thomas Ayasse et Haris Belkebla en relayeurs et Ferris N’Goma juste derrière les deux attaquants Édouard Butin et Gaëtan Charbonnier. Les Brestois étaient les premiers à se montrer dangereux suite à une combinaison N’Goma-Butin avec un centre de ce dernier pour Gaëtan Belaud au second poteau. La volée du latéral droit passait au-dessus du but de Samassa (10e).

Les Troyens allaient ensuite profiter d’un cadeau brestois, une perte de balle au milieu du terrain. Nivet et ses 41 printemps ne se faisaient pas prier pour envoyer Touzghar au face-à-face avec Gautier Larsonneur. Duel remporté par l’attaquant de l’ESTAC (1-0, 13e). Comme quatre jours auparavant face à Metz, les Ty-Zefs prenaient un but dans le premier quart d’heure et se compliquaient singulièrement la tâche. Quelques minutes plus tard, Touzghar était encore à la réception d’un excellent centre d’Obiang mais sa tête n’attrapait pas le cadre (20e). En face, les Finistériens réagissaient par Charbonnier qui expédiait au-dessus de la barre un centre de Belaud (30e). Profitant des erreurs techniques brestoises, les joueurs de Rui Almeida se montraient encore dangereux à quelques reprises comme Tinhan qui forçait Larsonneur à se détendre (31e).


Il était alors temps de passer à l’instant Charbonnier. Le numéro 10 brestois allait faire basculer la rencontre en cinq minutes et un doublé lourd de conséquences. Il profitait d’abord d’un cafouillage devant le but suite à un corner de Pi pour mitrailler à bout portant le pauvre Samassa (1-1, 37e) puis réussissait une superbe volée dans un angle fermé suite à une déviation astucieuse de Butin (1-2, 42e). Les mouches avaient changé d’âne.

Sans doute émoussés par la chaleur ambiante, les acteurs démarraient la seconde période au petit trop. Il fallait une percée de Ben Saada et une double tentative de Touzghar et Nivet, bien stoppée par Larsonneur, pour réveiller les débats (49e). Les Brestois avaient la maîtrise mais ils ne parvenaient pas à faire le break. En face, l’ESTAC se contentait de nombreux centres pour tenter de mettre la formation ty-zef à mal. En vain. Mieux physiquement, les Rouge et Blanc finissaient même, malgré trois jours de récupération en moins, avec beaucoup plus d’intensité que leurs adversaires, Belkebla étant d’ailleurs à deux doigts de planter le troisième but dans les arrêts de jeu.

Ce succès, mérité sur la physionomie de la rencontre, suffisait au bonheur de Brestois soulagés d’avoir pu « annuler » le revers du début de semaine à la maison. À eux maintenant de confirmer ce très bon résultat face au Paris FC vendredi à Le Blé. Et la machine pourra être définitivement lancée !


(crédit photos : Robert Flamisset/ESTAC)