basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

02.11.18 | L'audace pas récompensée

Longtemps mené au score, le Stade Brestois 29 a su arracher le nul (1-1), vendredi soir à Le Blé face au Red Star. Un résultat quelque peu frustrant étant donné la large domination finistérienne dans le jeu, mais qui le maintient tout de même dans une dynamique positive.

La semaine s’est donc achevée comme elle avait commencé pour les Ty-Zefs, c’est-à-dire par un partage des points. Après Clermont, c’est le Red Star, avant-dernier au classement de Domino’s Ligue 2, qui est parvenu à tenir en échec une équipe qui venait de s’imposer sept fois de suite. Mais puisque toutes les bonnes choses ont une fin, il s’agit dans ces cas-là de ne pas lâcher trop de lest. À Clermont, lors de la 12e journée, les Brestois auraient pu flancher en seconde période malgré leurs deux buts d’avance. Face au Red Star, ce vendredi, ils ont surtout joué à se faire peur en concédant un but évitable avant le repos, puis en tardant à égaliser, en dépit d’une domination constante. Mais que voulez-vous, un soir d’Halloween, la logique n’a pas forcément sa place…


C’est pourtant avec une étiquette de favori sur le papier que les hommes de Jean-Marc Furlan attaquaient ce rendez-vous à domicile. L’adversaire, lui, misait sur le choc psychologique pour effacer un début de saison douloureux. Sur le banc audonien, l’expérimenté Faruk Hadzibegic, intronisé quelques jours plus tôt, avait des allures de sorcier. Dès les premières minutes, les Finistériens reprenaient leurs bonnes habitudes en contrôlant le ballon et en portant le danger dans le camp opposé. En réussite lundi, Pi touchait cette fois le poteau sur une frappe axiale du gauche, avant qu’Autret ne soit contré de justesse face au but (10e). C’est ensuite N’Goma, d’un tir croisé, qui manquait de peu le cadre à l’entrée de la surface (15e).

À la sortie de ce quart d’heure initial, on n’imaginait pas la formation parisienne résister bien longtemps à ces assauts répétés. Mais au fil des minutes, la pression locale semblait moins appuyée, hormis sur ce mouvement que Faussurier aurait pu conclure de près sans une intervention déterminante de Douchez (33e). Dans la foulée, stupeur à Le Blé : contre le cours du jeu, le Red Star ouvrait le score suite à une mauvaise relance au pied de Larsonneur exploitée d’un lob astucieux par Faucher (0-1, 34e). Le scénario de 2016 et 2017 sur cette même pelouse allait-il se répéter ? À la pause, en tout cas, c’était bien parti pour.


Dès l’entame de la seconde période, le schéma se dessinait à l’identique : des Brestois volontaires mais neutralisés par un bloc visiteur compact et attendant d’opérer en contre-attaque pour respirer un tant soit peu. Déséquilibré dans la surface, Charbonnier aurait mérité un pénalty, non sifflé par M. Pignard (50e). Renforcé par les entrées de Butin et Ayasse, le onze brestois continuait à pousser. À un moment donné, cela finirait par payer ! La délivrance intervenait à la 75e : un long coup franc d’Autret, mal négocié par Douchez, atterrissait dans les pieds de Charbonnier, qui n’en demandait pas tant pour trouver le chemin des filets et porter ainsi son compteur personnel à douze réalisations (1-1).

Encouragés de plus belle par 9 000 supporters rassurés, les Ty-Zefs voulaient arracher la victoire. Mais le Red Star n’avait aucunement l’intention de craquer après tant d’efforts. Les joueurs franciliens employaient alors les grands moyens pour empêcher les Rouge de déployer leur jeu. La fin de match, très tendue et hachée, obligeait l’arbitre à sévir en expulsant Chantôme (90e+2). Dans les ultimes instants, chaque équipe avait une balle de match, mais ni Donisa côté parisien ni Autret pour les Brestois ne trouvaient le cadre. Finalement, le partage des points ne lésait personne.

Malgré ce nouveau résultat en demi-teinte, le SB29 poursuit sa série d’invincibilité (9 matchs désormais) et peut envisager la suite du championnat avec gourmandise dans le haut du tableau. «Ce match, on l’aurait perdu la saison dernière», soulignait le coach Furlan en conférence de presse. Il faudra toutefois renouer avec le succès dès que possible afin de conserver le bénéfice des récentes performances. Lundi en huit, la réception de Nancy, plus que jamais lanterne rouge du championnat, constitue une bonne opportunité à saisir. Mais là aussi, gare au piège !


(crédit photos : O.Stephan/sb29.bzh)