basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

01.03.19 | Toujours durs à battre

Le Stade Brestois, en mauvaise posture dans le dernier quart d’heure, a une nouvelle fois trouvé les ressources pour revenir au score et ramener un point de son déplacement à Châteauroux (2-2). Les Ty-Zefs étirent ainsi à 10 matches leur deuxième grosse série d’invincibilité de la saison mais devront attendre les rencontres de samedi et de lundi pour savoir si ce point pris dans le Berry est une bonne affaire ou non.

Les matches se suivent et se ressemblent durant l’hiver brestois. Depuis la reprise, les Ty-Zefs ont pris l’habitude d’enchaîner les nuls à l’extérieur et les succès à domicile. Un rythme qui colle parfaitement aux hautes ambitions que se sont désormais fixées les joueurs de Jean-Marc Furlan. Une moyenne de deux points par match, c’est le rêve de tout entraîneur. À ce titre, celui du SB29 peut compter sur la précision d’horloger de son groupe. Au soir de la 27e journée, les Rouge et Blanc affichent ainsi un bilan de 54 points. Le calcul, assez simple à faire, montre que le Stade Brestois est dans les clous pour viser quelque chose de fort. 


Avant ce money time dont parle sans cesse le technicien girondin, l’équipe n’a en tout cas pour le moment pas perdu de terrain et l’hiver tant redouté coule sereinement. À quelques minutes près ce vendredi, le discours aurait peut-être été différent mais c’est un fait : ce Brest-là est définitivement dur à faire tomber. Le partage des points enregistré au stade Gaston-Petit a ainsi fait passer l’invincibilité des Ty-Zefs à dix rencontres et il faut ainsi remonter au 4 décembre pour trouver trace d’un dernier revers en terrain lensois. Une seule défaite sur les 23 derniers matches, c’est aussi ça la preuve de la régularité dont font preuve les protégés de Denis Le Saint.

Comme sur la pelouse du Gazélec Ajaccio quinze jours auparavant, le SB29 a été mené mais comme ce fut aussi le cas en Corse, il ne s’est jamais affolé et est parvenu à décrocher ce qu’on peut cette saison appeler le minimum. Le scénario dans le Berry fut bien différent et laissera certainement quelques regrets dans les caboches mais la gourmandise est parfois un vilain défaut et au moment du décompte final, cette petite unité fera peut-être (sans doute) le plus grand bien.
 
Alors pourquoi des regrets ? Parce que les Brestois ont mené au score dans cette partie, concrétisant leur premier mouvement intéressant par un penalty décroché par le remuant Yoann Court et converti par Ferris N’Goma (0-1, 22e). Parce que sans doute également que celui accordé à Châteauroux et transformé par Bourillon était tout sauf évident (2-1, 71e). Enfin aussi parce que le premier but de la Berrichonne est arrivé de nulle part, suite à un très long centre d’Alhadhur sur la gauche et une tête de Tounkara (1-1, 29e).


Mais à côté de cela, dans un match qu’il aura été difficile d’emballer et au cœur duquel les Brestois auraient pu tomber dans le faux rythme des locaux, les ressources des Rouge et Blanc ont encore été au rendez-vous. Dans les dix dernières minutes, sur un corner de Yoann Court, Cristian Battocchio détournait le ballon de la tête pour un Anthony Weber opportuniste et à l’affût qui ne se faisait pas prier (2-2, 82e). Les Castelroussins s’y voyaient certainement déjà mais devront toutefois se contenter de ce nul à la maison.

Côté finistérien, le gros point noir de la soirée aura certainement été ce carton jaune pris par JC Castelletto sur le penalty accordé à Châteauroux. Cette sévère biscotte privera le défenseur central du derby contre Lorient. Quatre autres joueurs étaient dans ce cas mais sont donc finalement passés entre les gouttes. Et si tout le monde a déjà en tête le derby face aux Merlus le samedi 16 mars au Moustoir, il est tout de même bon de rappeler qu’il y aura auparavant un rendez-vous tout aussi important à Le Blé vendredi prochain face à Valenciennes. Si les Brestois veulent convertir ce point pris à Gaston-Petit, il faudra l’emporter face aux Nordistes. En quelque sorte conserver les bonnes habitudes.


(crédit photos : G. Le Roux/sb29.bzh)