Logo Stade Brestois 29

19.05.17 | Merci quand même

Malgré une éclatante victoire à Le Blé face au Gazélec Ajaccio (6-2), vendredi soir, le Stade Brestois 29 reste finalement aux portes de la Ligue 1. Cette ultime déception n’enlève rien au joli parcours des Ty-Zefs tout au long de la saison.

Le football est bien cruel… Pour un petit point, le SB29 reste au pied du podium, synonyme d’accession dans l’élite (directement ou via les barrages). Après avoir longtemps occupé la tête du peloton, le club finistérien a vu ses nombreux concurrents le priver de ce bonheur tant attendu par des milliers de supporters. Ceux-ci avaient pourtant rempli les rangs du stade Francis-Le Blé, vendredi soir, pour encourager leur équipe dans cette folle aventure, qui concernait également cinq autres formations lors de cette 38e journée de Ligue 2. Au bout du compte, et après bien des rebondissements, Strasbourg et Amiens emportent la mise, Troyes pouvant les y rejoindre dans une semaine. Brest, tout comme Lens et Nîmes, doit se contenter d’une place d’honneur.

Au coup d’envoi, les hommes du président Denis Le Saint ne partaient certes pas en position de force. Une victoire était indispensable pour continuer à espérer, mais aussi des résultats favorables sur les autres pelouses. En face, le GFC Ajaccio, qui ne jouait plus grand-chose, avait toutefois quelques atouts à faire valoir. Rapidement portés vers l’offensive, les Brestois allumaient une première mèche au bout de dix minutes, sur une tête de Joseph-Monrose repoussée sur sa ligne par le portier corse, un certain Steeve Elana. Celui-ci s’en sortait bien sur une nouvelle tentative de Gastien hors cadre (20e), mais ce n’était que partie remise : servi plein axe par Habib Diallo, Joseph-Monrose allait cette fois tromper la défense ajaccienne et ouvrir le score (1-0, 26e).

Sur la relance, Faussurier chipait le ballon à son vis-à-vis puis servait idéalement Habib Diallo pour enfoncer le clou (2-0, 28e). A peine trois minutes plus tard, Belaud obtenait un pénalty indiscutable que transformait sans trembler l’inoxydable Bruno Grougi (3-0, 32e). Si l’enthousiasme était de mise sur le terrain, le public surveillait en même temps les autres prétendants au podium, et les nouvelles s’avéraient mauvaises pour les Ty-Zefs. À la pause, ce net avantage ne suffisait pas à changer la donne.

La seconde période n’annonçait riche en émotions. La réduction du score par l’attaquant ajaccien Kemen n’avait pas de réelle conséquence au classement (3-1, 52e), d’autant plus qu’Habib Diallo, décidément intenable, redonnait une avance plus confortable aux Rouges à l’heure de jeu (4-1, 59e). Dans la foulée, une clameur venue des tribunes accompagnait l’égalisation de Reims face à Amiens, faisant ainsi passer le SB29 au rang de barragiste. Quasi simultanément, Niort revenait à 2-1 à Lens, alors deuxième. À Le Blé, Battocchio avait la bonne idée de creuser l’écart, de près (5-1, 72e), avant que Maah ne le réduise à son tour (5-2, 78e). Mais l’italo-argentin y allait de son doublé en fin de rencontre pour conclure le festival offensif (6-2, 85e).

Dès lors, le suspense était ailleurs. Il fallait attendre les ultimes instants pour connaître le verdict. Hélas pour les Brestois, Amiens et Troyes s’imposaient sur le fil à Reims et Sochaux et anéantissaient les illusions finistériennes. Quelle soirée ! Dans ce dénouement inouï, le SB29 hérite de la 5e place. Si la déception du moment est forte, elle ne doit pas effacer toutes les belles choses montrées depuis l’été dernier par les joueurs de Jean-Marc Furlan. « Il faut prendre du recul par rapport à ça et retenir l’excellente saison de ce groupe », a d’ailleurs estimé le coach brestois après le match. Des bases solides ont été posées, et elles laissent entrevoir un avenir tout aussi exaltant pour la campagne 2017-18. Ce sera donc en Ligue 2, ainsi en a décidé le destin. Mais avant, place aux vacances !


(crédit photos : O.Stephan/sb29.bzh)

Galerie photos
Toutes les photos