basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

11.09.17 | Un crime parfait

Surfant sur de belles valeurs défensives, le Stade Brestois a ramené trois points extrêmement précieux de Reims. Solides de bout en bout, les Rouge et Blanc ont su profiter de la seule erreur défensive des locaux pour planter un magnifique coup de couteau dans le dos de leurs adversaires. C’est la troisième victoire consécutive de Ty-Zefs désormais pleinement relancés en Domino’s Ligue 2.

C’est ce que l’on nomme en général un regain de forme. Celui-là est même d’ailleurs très net. Moribond il y a un mois et défait lors des deux premières journées de championnat, le Stade Brestois a franchement redressé la barre et après un nul contre le Gazélec, vient d’enchaîner des succès contre Lens, Nancy et Reims. Excusez du peu. Dans les vestiaires après les débats, la célébration collective orchestrée par Gautier Larsonneur était au moins aussi forte que la débauche d’énergie des Brestois durant 94 minutes.

Il en a ainsi fallu beaucoup des efforts pour se sortir d’une configuration de match très compliquée face à un adversaire sûr de sa force et auteur d’un très bon début de saison. Comme en février dernier, quand le SB29 était venu chercher un point dans la douleur sur cette même pelouse d’Auguste-Delaune, les Ty-Zefs ont souffert et ont été bien bougés par le collectif de David Guion. Mais même s’il n’y a pas eu débat en ce qui concerne l’emprise sur le jeu, on ne peut pas dire non plus que les Rémois aient collectionné les occasions franches.

Une lourde menace planait certes en permanence sur des Brestois en difficulté pour ressortir les ballons mais un Larsonneur impeccable et un bloc aussi sérieux que vaillant ont réussi à contenir tous les assauts. Avec des « valeurs plus terre-à-terre » comme les qualifiait Jean-Marc Furlan en conférence de presse, le Stade Brestois a en tout cas réussi une belle performance en engrangeant trois points qui portent son total à 10. Une bonne opération comptable en somme.

Et avouons-le aussi, ce Stade Brestois, qui a accéléré en fin de mercato et a engagé David Kiki, Kevin Mayi et Habib Diallo s’annonce plutôt prometteur et porteur de plusieurs possibilités tactiques pour l’entraîneur. Loin de son style habituel, il a, à Delaune, été contraint de faire une croix sur le beau jeu et les aspirations offensives mais n’a eu besoin que d’une mini-opportunité pour valoriser au maximum son déplacement.

Le nom de l’assassin est connu, il s’agit d’Édouard Butin, à l’affût sur une incroyable erreur de dosage dans la passe en retrait de Jeanvier pour son gardien Mendy. Interceptant le ballon et dribblant le portier, il n’avait plus alors qu’à inscrire ce but si précieux devant un pacage visiteur aux anges (66e). La dernière demi-heure fut peut-être angoissante pour tout supporter brestois qui se respecte mais la cage de Larsonneur resta donc inviolée jusqu’au bout.

Reste maintenant à finir de la plus belle des manières cette « quadrilogie » de haute volée car après Lens, Nancy et Reims, c’est Le Havre, actuel deuxième, qui se pointera vendredi à Le Blé. C’est le moment d’être gourmand…


(crédit photos : ZebrAdventure)