basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

11.08.17 | Fin de série

Défait à trois reprises en autant de rencontres depuis l’ouverture, le Stade Brestois s’est rassuré en faisant match nul contre le Gazélec Ajaccio. Ce n’est certes encore qu’un point, le premier de la saison, mais il permet aux Ty-Zefs de débloquer le compteur et de casser la spirale négative en attendant des jours meilleurs.

Il y a les bons et les mauvais partages de points. Celui du Gazélec, sous ses airs de déception et de frustration, cache pourtant pas mal de signes forts pour le groupe brestois. Beaucoup à l’issue du match pensaient certainement comme le coach ajaccien Albert Cartier, regrettant en conférence de presse l’absence de buts dans une partie pourtant assez ouverte. Mais il faut savoir se contenter du minimum parfois et ce minimum pour les Brestois était de briser cette maudite série qui leur collait aux pattes depuis le début de la saison.

Après les revers contre Châteauroux et l’AC Ajaccio, l’élimination en Coupe de la Ligue mardi contre le Paris FC, voilà donc le premier accent positif. Parmi les satisfactions de la soirée, ou même de la semaine, on pourra déjà noter la solidité défensive retrouvée après les cinq buts encaissés en deux rencontres. À Charléty comme devant les Gaziers, la cage finistérienne est restée inviolée. S’il n’est pas le seul responsable de cette solidité retrouvée, Gautier Larsonneur a en tout cas réussi avec succès ses deux examens de passage : en pro mardi et à Le Blé devant son public ce soir.

L’arrière-garde brestoise a montré beaucoup de sérieux pour éteindre les velléités corses qu’on a surtout vues durant le premier acte. Encore sans doute un peu dans le doute, les joueurs de Jean-Marc Furlan ont parfois dû faire le dos rond durant les quarante-cinq premières minutes mais s’en sont sortis sans fracas. Par la suite, revigorés sans doute par cette rigidité, ils montraient un tout autre visage et faisait de la deuxième période leur moment fort.

On pourra toujours regretter que les filets ne furent pas trouvés malgré de multiples tentatives sur le but du toujours très populaire Steeve Elana mais face à une défense à cinq et un bloc très regroupé, les espaces n’étaient pas non plus légion. Manquant encore de poids offensivement, les Rouge et Blanc n’ont jamais pu trouver cette mire qui aurait fait leur bonheur et celui de tout un stade encore une fois bruyant pour pousser ses protégés. Il y aura certainement des périodes où les événements souriront davantage à Bruno Grougi & Co. mais la patience est aussi l’une des qualités d’une équipe.

Les Brestois ont maintenant une grosse semaine pour préparer le déplacement à Lens, une formation également en manque de points en ce début de saison. Le petit jour supplémentaire octroyé par le décalage du match au samedi ne sera pas du luxe car quelques bobos sont venus émailler cette rencontre disputée au courage. Touchés, Édouard Butin, Bruno Grougi et Quentin Bernard vont devoir vite panser leurs plaies car la lutte continue.


(crédit photos : O.Stephan/sb29.bzh)