basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

08.08.17 | Un nouveau coup sur la tête

Le Stade Brestois est sorti de la Coupe de la Ligue au bout d’une épique séance de tirs au but. Venus à Paris dégoter la qualification et une note positive au cœur d’un début de championnat compliqué, les Ty-Zefs n’auront donc rien eu de tout ça et chercheront la première éclaircie de leur saison vendredi à domicile face au Gazélec Ajaccio.

Quand ça ne veut pas… Même si la Coupe de la Ligue n’a jamais été la tasse de thé du Stade Brestois, il y avait lors de ce premier tour l’occasion de mettre un peu de baume à des cœurs meurtris depuis deux semaines. Défaits à deux reprises en Domino’s Ligue 2, les joueurs de Jean-Marc Furlan avait la possibilité en décrochant leur ticket pour le deuxième tour de redresser la barre. Et cette chance, ils l’ont eue entre les mains jusqu’au bout du bout d’une rencontre disputée dans un Charléty à 90% vide.

Car tout s’est joué lors de la séance de tirs au but au cours de laquelle les exploits de Gautier Larsonneur dans les cages (2 arrêts) n’auront pas suffi. Là où l’histoire est cruelle, c’est dans le fait que le plus malheureux après le match était certainement Bruno Grougi, sauveur du SB29 à de multiples reprises et « coupable » d’avoir manqué le dernier penalty qui pouvait donner la qualification aux siens. Ça arrive même aux meilleurs dit-on dans ces cas-là…

Ajoutez à cela les échecs de Zak Labidi et Alex Coeff et vous aurez le dénouement d’une triste série de tirs au but fatale aux Brestois, la même qui avait permis aux Rouge et Blanc de se qualifier il y a un an presque jour pour jour face à Valenciennes.

Avant cela, la partie n’aura guère donné de frissons à la maigre galerie de Charléty. Durant la première période, seuls Lopez, échappé et battu par Larsonneur (27e) et Ech Chergui, dont la frappe en pivot trouvait encore le gardien brestois (36e) auront réussi à se mettre en évidence. Au retour des vestiaires, la première véritable opportunité arrivait à la …86e minute quand Édouard Butin parvenait à fausser compagnie à la charnière parisienne mais son tir était finalement trop croisé. Ce match méritait sans doute un 0-0 mais comme il fallait un vainqueur, le sort a choisi son camp.

Pour les Brestois, il faudra dans un premier temps digérer ce court revers qui fait forcément mal aux dents sur le coup. Mais surtout l’impérieuse nécessité sera de vite basculer dans le deuxième rendez-vous de la semaine, sûrement encore plus important dans le contexte actuel. Vendredi, c’est ainsi le Gazélec Ajaccio de Steeve Elana qui se dressera à Le Blé devant un collectif ty-zef obnubilé par une idée : débloquer le compteur et grappiller les premiers points de la saison. On y croit les gars, ça va venir !


(crédit photos : ZebrAdventure)