basket dailymotion facebook home instagram play ticket twitter youtube

05.07.10 | G. Lorenzi : « Savoir faire son trou »

Après un aparté de six mois dans le club de sa ville, Bastia, Gregory Lorenzi (26 ans) est de retour à Brest pour affronter le défi de la Ligue 1, une première pour lui. Avec beaucoup d’humilité, le défenseur corse est conscient des exigences du niveau mais ne se fait une montagne ni pour lui, ni pour le Stade Brestois 29.

 

 

LA SAISON DERNIÈRE

« À Brest, il y a une équipe qui s’est mise en place, qui a commencé à gagner, ç’a bien tourné et le coach a fait des choix que j’ai respectés. Quand on est footballeur, on aspire toujours à plus alors j’ai souhaité être prêté et, après un contact qui n’a pas abouti à Swansea, au Pays de Galles, je suis finalement parti à Bastia. Je ne me voyais pas être prêté ailleurs même si le choix n’était pas facile par rapport à la situation sportive du club. J’ai fait mes six mois tout en regardant ce que faisaient mes coéquipiers à Brest et j’ai pu jouer des matches pleins. Je suis donc tombé dans une saison 2010 pleine de rebondissements, j'étais partagé entre la tristesse de voir Bastia descendre et la joie que Brest monte en Ligue 1 ».

 

ANCIEN OU NOUVEAU À BREST ?

« Je me considère comme un ancien. C’est ma troisième saison ici. Quand j’ai fait mon prêt à Bastia, j’avais souvent des joueurs du Stade Brestois au téléphone, je regardais les matches et j’étais informé chaque semaine de l’ambiance à travers le groupe. J’avais aussi gardé mon appartement et mes meubles à Brest. Je savais que je ne m’absentais que pour six mois ».

 

LA LIGUE 1

« Collectivement, c’est une nouvelle aventure. C’est plus attrayant, plus enrichissant. Au niveau des médias et de l’engouement, ça n’a rien à voir non plus. On sait bien qu’on a une tache difficile devant nous, qu’on est attendus. Et même si on part dans l’inconnu, c’est bien que le noyau dur soit resté à Brest. Au niveau des joueurs, il y aura des choix, il faudra les respecter. Personnellement, j’ai de l’ambition mais je préfère garder mes objectifs pour moi. Il faut aussi savoir faire son trou, ça ne suffit pas de se dire qu’on est en Ligue 1 ».

 

BASTIA EN NATIONAL

« Le club a eu quelques problèmes financiers récemment mais ce n’était pas énorme. La DNCG a un peu mis la pression et a fait planer la menace d’une rétrogradation en CFA pour que les dirigeants trouvent l’argent nécessaire auprès des politiques. Sportivement, c’est décevant pour Bastia de se retrouver en National. En Corse, on ne peut pas imaginer le football sans ce club. Être en National, c’est le minimum mais ça va être difficile car c’est un championnat délicat. C’est une année de purgatoire qui les fera repartir de plus belle je l’espère ».